À mi-chemin entre la caravane et la maison, le mobil-home (ou résidence mobile de loisirs) est associé à la liberté, au confort et aux vacances. Grâce au goût prononcé des Français pour les campings (la France dispose du second plus gros parc du monde après les Etats-Unis), le mobil-home ne cesse de se développer dans l’hexagone. Forts de 250 000 résidences mobiles de loisirs en France et 750 000 lits, le nombre de mobil-homes en France est en pleine croissance. Cela signifie-t-il pour autant que l’investissement dans un mobil-home est une bonne idée ? Est-ce rentable à moindre effort ? Quels sont les pièges à éviter ? Quelles sont les alternatives pour un investissement locatif ?

Réponses dans cet article ⤵️. 

Qu’est-ce qu’un mobil-home ?

Définition du mobil-home

Le code de l’urbanisme donne une définition précise du mobil-home : « sont regardés comme des résidences mobiles de loisirs les véhicules terrestres habitables qui sont destinés à une occupation temporaire ou saisonnière à usage de loisir, qui conservent des moyens de mobilité leur permettant d’être déplacés par traction mais que le code de la route interdit de faire circuler. »  Aussi le code de l’urbanisme précise que les mobil-homes ne peuvent être installés que dans des parcs résidentiels de loisirs, dans les terrains de camping classés ou dans les villages de vacances classés en hébergement léger.

En d’autres termes, un mobil-home ne peut être installé que dans des lieux déterminés et il est, par exemple, interdit de l’installer dans son jardin. En outre, il est interdit d’aménager votre mobil-home d’éléments qui puissent entraver sa mobilité. À titre d’exemple, les terrasses ou les vérandas en dur sont proscrites. En outre, votre mobil-home doit être installé de telle sorte que vous puissiez le déplacer rapidement.

La nature du mobil-home

Contrairement aux idées reçues, un mobil-home est un bien « mobilier » (à l’image d’une voiture) et non un bien  « immobilier » (à l’image d’une maison). En effet, une des caractéristiques d’un bien immobilier est d’être indéplaçable (ce qui n’est pas le cas du mobil-home). C’est d’ailleurs pour cette raison que le mobil-home échappe à la taxe foncière, à la taxe d’habitation ou au frais de notaire (bonne nouvelle) mais ne pourra pas faire l’objet d’un emprunt bancaire (mauvaise nouvelle).

Le mobil-home, un bien qui décote

À l’image d’une voiture qui stationne sur une place de parking, il vous faudra payer un loyer au camping au titre de l'emplacement que vous occupez (jusqu’à 8 000 € par an). Aussi, faut-il avoir conscience qu’un mobil-home (qui peut valoir jusqu’à 60 000 € neuf) est un bien périssable qui décote rapidement : 30% la première année, puis 10% les années suivantes. Ainsi, contrairement à un bien immobilier qui a tendance à prendre de la valeur avec le temps, le mobil-home à une valeur résiduelle quasi nulle après quelques années d’utilisation.

Grégoire
Les conseils de Grégoire

Si vous souhaitez réaliser un investissement locatif optimal, je vous invite à lire ma mini-formation gratuite. A l’issue de ce programme mail, vous saurez où, comment et dans quoi investir pour réussir votre première opération immobilière dans les meilleures conditions.

Investir dans un mobil-home : les pièges à éviter

Si vous souhaitez investir dans un mobil-home pour dégager une plus-value, il est impératif d’éviter les pièges qui pourraient vous faire perdre de l’argent.

Piège 1 : Investir dans un mobil-home sans emplacement associé

Si vous achetez un mobil-home neuf mais que vous n’avez aucun terrain sur lequel l’installer, il ne vous reste plus qu’à le revendre (avec une décote de 30% la première année, nous l’avons vu). Notons que les emplacements pour mobil-home dans les campings se font de plus en plus rares et que les listes d’attente peuvent être longues.

Afin d’éviter cette déconvenue, vous devrez trouver au choix :

  • Un camping qui dispose d’un mobil-home à vendre (mobil-home de seconde main) ;
  • Un camping qui dispose d’un emplacement vacant pour votre mobil-home acheté neuf ;
  • Un revendeur spécialisé qui a des partenariats avec des campings.
Grégoire
Les conseils de Grégoire

Trouvez d’abord l'emplacement avant d’acheter votre mobil-home.

Piège 2 : Investir dans un camping qui ferme une grande partie de l’année

La plupart des campings ouvrent entre 6 et 10 mois par an. Or, pour rentabiliser votre mobil-home, vous devrez le sous-louer le plus souvent possible. Si le camping ferme ses portes une grande partie de l’année, la vacance locative incompressible ne vous permettra pas de générer un cash-flow positif.

Grégoire
Les conseils de Grégoire

Investissez uniquement dans un camping ouvert une grande partie de l’année.

Piège 3 : Ne pas étudier le contrat du camping

Avant de signer le contrat qui vous liera au camping, soyez particulièrement vigilant sur son contenu. En effet, certaines clauses pourraient remettre en cause la viabilité financière de votre investissement.

Tout d’abord, veillez à ce que la sous-location soit possible gracieusement. En effet, beaucoup de campings interdisent la sous-location, la limite ou vous obligent à la leur déléguer (moyennant des commissions qui peuvent atteindre 50% des loyers et en vous imposant un prix par nuit). Assurez-vous également que votre camping accepte des prestataires extérieurs pour faire l’état des lieux d’entrée et de sortie (si vous souhaitez déléguer cette tâche).

Ensuite, certains contrats contiennent une clause dite d’ancienneté qui impose aux propriétaires de renouveler leur mobil-home après 15 ou 20 ans. Or, si le propriétaire refuse, il doit quitter les lieux à ses propres frais (un déménagement coûte en moyenne 1 300 euros et 5€ le kilomètre en convoi exceptionnel). Par ailleurs, certains campings refusent que vous vendiez votre mobil-home au-delà d’un certain millésime. Vigilance donc !

Enfin, veillez à ce que les frais annuels facturés par le camping soient acceptables (tout comme vous vérifiez le montant des frais de copropriété lorsque vous achetez un appartement). En effet, en fonction de la gamme du camping et de son emplacement, la facture peut atteindre 8 000 € par an. À noter que ces frais comprennent également les charges relatives à la consommation d’eau et d’électricité.

Grégoire
Les conseils de Grégoire

Décortiquez méticuleusement votre contrat de location.

Piège 4 : Investir dans un camping inconstant

La loi impose que le contrat qui lie un camping à un propriétaire ne dépasse pas un an. Cela signifie que le gérant peut revoir son contrat d’années en années. Concrètement, il peut décider de ne pas renouveler votre contrat, d’augmenter les loyers, de limiter la sous-location ou d’introduire une clause d’ancienneté. Au-delà d’une rencontre directe avec le gérant, la meilleure façon de se prémunir d’un tel risque est de solliciter les propriétaires déjà sur place. Demandez-leur comment fonctionne la direction et s’ils ont eu de mauvaises surprises depuis leur installation.

Grégoire
Les conseils de Grégoire

Investissez seulement dans un camping de confiance.

Piège 5 : Déléguer la gestion de son mobil-home au camping

Vous l’avez compris, au crépuscule de sa vie, votre mobil-home de vaudra plus rien. Pour le rentabiliser, il s’agit donc de faire en sorte que les rentrées d’argent dépassent le plus vite possible les sorties d’argent. C’est alors que vous commencerez à avoir un retour sur investissement. Pour atteindre cet objectif, vous n’avez pas d’autre choix que d’effectuer vous-même la gestion locative de votre bien. En effet, les commissions facturées par les campings sont telles que vous n’atteindrez jamais l’équilibre financier si vous déléguez cette tâche.

Grégoire
Les conseils de Grégoire

Ne croyez pas que la gestion d’un mobil-home est reposant.

Piège 6 : Ne pas opter pour le statut LMNP au régime réel

Comme toute location meublée, un investissement dans un mobil-home permet de bénéficier du statut de la location meublée non professionnelle (LMNP) et de son régime réel. Pour en bénéficier, il faut impérativement que vous enleviez toute trace de mobilité de votre mobil-home (comme les roues par exemple).

La « LMNP au réel » est un dispositif fiscal optimal pour maximiser la rentabilité de son mobil-home car il permet de réduire (voire d’annuler intégralement) l’imposition sur les recettes locatives.

Pour bénéficier du statut LMNP, vos recettes locatives annuelles doivent respecter l’une de ces deux conditions :

  • Être inférieures à 23 000 € ;
  • Être inférieures à vos autres revenus soumis à l’impôt sur le revenu.

La LMNP au réel permet de déduire des loyers, l’ensemble des frais supportés par le propriétaire dans l’intérêt de son activité, y compris l’amortissement du mobil-home. Aussi, les charges comprennent les frais de camping, les intérêts de l'emprunt (si l’acquisition du mobil-home a fait l’objet d’un crédit à la consommation), les frais d’assurance, les frais de gestion locative etc.

Par ailleurs, la LMNP au réel permet un report des déficits pendant 10 ans (l’amortissement est lui reportable sans limitation de durée).

Pour bien comprendre les avantages du statut LMNP au régime réel, je vous invite à lire notre article dédié : LMNP, les gros avantages et les petits inconvénients.

Grégoire
Les conseils de Grégoire

Optez pour la LMNP au régime réel pour maximiser la rentabilité de votre mobil-home.

➡️ Selon Michel Harismendy, président Fédération Nationale des Propriétaires de Résidences de Loisirs :  » Il est préférable de considérer l’acquisition d’un mobil-home comme un achat plaisir plutôt qu’un investissement lucratif. Il ne faut pas s’attendre à en tirer de gros bénéfices financiers« . Dans la mesure où l’investissement dans un mobil-home est contraignant et les retombées incertaines, Finance-Héros valide ce conseil.

🚨 Et si vous décidiez de vous lancer malgré tout, cela se fera au prix d’efforts non négligeables car vous n’aurez d’autre choix que de gérer vous-même la sous-location pour préserver votre rentabilité.

Investissement locatif : quelle alternative ?

Un investissement locatif est intéressant s’il offre un couple rendement-risque optimal à moindre effort. Dans le cas du mobil-home, le couple rendement-risque est décevant et sa gestion implique d’y consacrer du temps et de l’énergie.

Nous avons tous déjà vu l’une de ces vidéos qui promettent « l’indépendance financière », une « retraite à quarante ans » ou une « semaine des sept dimanches » en investissant dans l’immobilier. Ces gourous de l’investissement en font généralement des tonnes sans qu’il soit possible de connaître le fin mot de l’histoire (si ce n’est en payant une formation qui coûte des milliers d’euros).

En réalité, pour faire un bon investissement immobilier il faut tout simplement actionner 4 leviers :

  • L’achat d’un bien au prix le plus faible possible ;
  • La location d’un bien à un loyer le plus élevé possible ;
  • La fiscalité la plus avantageuse possible ;
  • La revente du bien au prix le plus élevé possible.

Pour ce faire, il n’existe rien de mieux que l’achat d’un T1 ou d’un T2 en vue de le louer meublé. Pourquoi ? On vous explique 👇.

Pourquoi l’achat d’un logement d’habitation ?

Se loger est un besoin vital incompressible et constitue le premier poste de dépenses des ménages. Par ailleurs, le logement d’habitation est un actif pérenne que ni l’intelligence artificielle ni la réalité virtuelle n’impacteront dans les prochaines années. En outre, la France subit une pénurie de logements du fait d’un manque de constructions, ce qui assure un maintien des prix à long terme. Enfin, avec presque 40 millions de logements en France, le marché est immense et permet de profiter de nombreuses opportunités d’investissement.

✅ Investir dans la pierre, c’est du solide !

Pourquoi l’achat d’un T1 ou d’un T2 ?

Finance-Héros recommande l’achat d’un T1 ou d’un T2 pour deux raisons principales.

✅ La première raison est que les petites surfaces sont celles qui offrent le rendement locatif le plus intéressant du marché. A titre d’exemple, voici les rendements locatifs à Paris par nombre de pièces dans le bien. Nous voyons clairement que plus le bien est petit, plus le rendement est élevé.

Rend T1Rend T2Rend T3RendT4
Paris 013,80%3,40%3,30%3,00%
Paris 024,20%3,70%3,30%3,10%
Paris 034,00%3,70%3,30%3,10%
Paris 043,80%3,40%3,10%3,00%
Paris 053,80%3,40%3,10%3,00%
Paris 063,70%3,10%2,80%2,60%
Paris 073,80%3,10%2,70%2,60%
Paris 084,20%3,40%3,40%3,10%
Paris 094,40%3,60%3,20%3,00%
Paris 104,60%3,80%3,60%3,30%
Paris 114,40%3,70%3,40%3,30%
Paris 124,40%3,80%3,40%3,30%
Paris 134,40%3,90%3,60%3,50%
Paris 144,20%3,80%3,40%3,30%
Paris 154,30%3,70%3,60%3,40%
Paris 164,40%3,70%3,40%3,20%
Paris 174,60%3,80%3,40%3,10%
Paris 184,70%3,90%3,50%3,50%
Paris 194,50%3,90%3,60%3,60%
Paris 204,50%3,90%3,50%3,20%
Rendement brut par arrondissement de Paris – Source : Yanport via Lefigaro au 01.08.2023

✅ La seconde raison est qu’une petite surface est plus accessible financièrement. À titre d’exemple, dans des villes comme Angers ou Brest, 100 000 euros suffisent pour acheter une surface intéressante.

Pourquoi louer le bien meublé ?

Un bien meublé se loue 10 à 20% plus cher qu’un logement vide. Ainsi, malgré le coût que représentent l’ameublement et son entretien, le rendement brut d’un logement meublé est supérieur au rendement brut d’un logement vide.

Aussi, louer un bien meublé permet de bénéficier du statut de la location meublée non professionnelle (LMNP) et son régime réel. Nous l’avons vu plus haut, ce dispositif fiscal permet de réduire voire d’annuler l’imposition des recettes locatives grâce à la déduction des charges sur la base imposable (y compris l’amortissement du bien immobilier hors terrain). En outre, ce dispositif permet de reporter les déficits fiscaux pendant 10 ans. Par ailleurs, le statut LMNP fait bénéficier du régime de la plus-value des particuliers. Aussi, une éventuelle plus-value n’est pas calculée sur la base du prix d’achat du bien diminué des amortissements mais bien de sa valeur brute (pré-amortissement).

Pour bien comprendre les avantages du statut LMNP au régime réel, je vous invite à lire notre article dédié : LMNP, les gros avantages et les petits inconvénients.

✅ Louer en meublé augmente le rendement locatif et donne accès au statut LMNP et à son régime réel qui permettent d’optimiser la fiscalité.

L’investissement locatif clés en main

Investir dans l’immobilier locatif est chronophage et anxiogène ce qui explique qu’il n’est pas toujours évident de passer le cap. C’est pour répondre à ce besoin d’accompagnement que des entreprises comme Bevouac, Ouiker, Les Secrets de l’immo ou Immveo proposent leur service dans toute la France.


Ouiker

Ouiker

Ouiker, l’acteur de confiance


  • Présence : 20 villes de France
  • Nombre de réalisations : 300+
  • Date de création : 2020
  • Frais : 7%TTC (7K€ min)
  • Investissement minimum : aucun
  • Note Google : 5,0 (sur 99 avis)

Bevouac

Bevouac

Bevouac, l’incontournable


  • Présence : 13 villes de France
  • Nombre de réalisations : 1800+
  • Date de création : 2016
  • Frais : entre 5 et 10% TTC (10K€ min)
  • Investissement minimum : 50K€
  • 4,2 (sur 123 avis)

Les Secrets de l'Immo

Les Secrets de l’Immo

LSI, l’acteur premium en Ile-de-France


  • Présence : Ile-de-France
  • Nombre de réalisations : 400+
  • Date de création : 2016
  • Frais : 12%TTC
  • Investissement minimum : 300K€
  • Note Google : 4,9 (sur 33 avis)

Immveo

Immveo

Immveo, la qualité pour maître mot


  • Présence : villes à 2h max de Paris
  • Nombre de réalisations : 100+
  • Date de création : 2020
  • Frais : entre 5 et 7% TTC (8K€ min)
  • Investissement minimum : aucun
  • Note Google : 5,0 (sur 32 avis)

Ces entreprises vous accompagne de A à Z dans votre investissement locatif : définition du projet, recherche du bien, négociation du prix (très important en ce temps de crise), offre d’achat, signature du compromis, financement, signature de l’acte authentique, rénovation, ameublement et mise en location. En définitive, vous vous constituez un patrimoine tout en vous laissant porter.

En outre, ces conseillers en investissement :

  • Ont de nombreuses opérations à leur actif (donc une expérience conséquente) ;
  • Sont restées à taille humaine (ce qui permet aux fondateurs de rester proches des dossiers) ;
  • Ont une géographie de prédilection (ce qui est à un mon sens un gage d’efficacité) ;
  • Sont rémunérés au succès (vous payez les commissions le jour où vous trouvez votre bonheur) ;
  • Ne demandent pas d’exclusivité (ce qui vous permet de poursuivre vos recherches par ailleurs).

Enfin, j’ai rencontré personnellement les équipes et échangé avec certains de leurs clients. Ce sont des entreprises aguerries et professionnelles qui vous accompagneront avec efficacité dans votre projet d’investissement immobilier.

Conclusion ?

➡️ Investir dans un mobil-home est un pari risqué car vous êtes tributaire du camping sur lequel il est installé. En outre, lorsque vous investissez dans un mobil-home, vous devenez propriétaire d’un bien périssable (qui n’aura plus aucune valeur après quelques années). En réalité, investir dans un mobil-home s’apparente davantage à un investissement dans une voiture (que vous métriez en sous-location auprès de particuliers) qu’un investissement immobilier.

🎯 Aussi, si votre souhait est d’effectuer un investissement locatif qui offre un couple rendement-risque intéressant à moindre effort, il est préférable d’investir dans de l’immobilier résidentiel (dans un T1 ou un T2 par exemple) en vue de le louer meublé. En effet, ce placement allie rentabilité, sécurité et sérénité.

Questions fréquentes

Quelle est la durée de vie d’un mobil-home ?

Un mobil-home est un bien « mobilier » (à l’image d’une voiture). Ainsi, le mobil-home est un bien périssable qui a une espérance de vie moyenne de 20 ans.

Combien coûte un mobil-home ?

Un mobil-home peut coûter jusqu’à 60 000€ neuf. A noter qu’il subit une décote de 30% la première année.

Pourquoi investir dans un mobil-home est-il risqué ?

Investir dans un mobil-home est risqué car vous êtes tributaire du camping sur lequel il est installé. En outre, lorsque vous investissez dans un mobil-home, vous devenez propriétaire d’un bien périssable (qui n’aura plus aucune valeur après quelques années)