Face à un système de retraite collectif de moins en moins généreux, agir à l’échelle individuelle n’est plus seulement une question de confort ; c’est souvent une nécessité. Selon votre situation professionnelle, vous devrez en effet assumer une perte de revenus pouvant aller de 30% à 70%. Comment anticiper au mieux votre retraite ? PER, assurance vie, immobilier… Focus sur les meilleurs placements pour préparer votre retraite.

Anticipez et organisez votre retraite

Avant d’entrer dans les détails pratiques des placements les plus adaptés à la retraite, prenons le recul nécessaire pour établir une stratégie. On peut schématiquement découper votre vie en deux phases :

  1. La phase d’accumulation : c’est celle qui correspond à votre vie active. Vos revenus vous permettent d’obtenir un excédent d’épargne que vous pouvez allouer à la préparation de votre retraite.
  2. La phase de décumulation : c’est celle qui correspond à votre vie à la retraite. Vos revenus sont inférieurs et vous avez besoin, soit d’un revenu complémentaire, soit de pouvoir piocher dans votre capital à intervalles réguliers.

A ces deux phases correspondront des placements différents. L’objectif de la phase d’accumulation doit être de maximiser la performance de votre épargne : vous voulez accumuler le capital le plus important – tout simplement. Après votre retraite, vous voulez, être sûr de pouvoir compter sur votre épargne quelles que soient les circonstances.

Or, des décennies d’histoire économique et financière nous ont montré que pour maximiser vos gains c’est vers la bourse que vous devez vous tourner et en particulier vers des investissements en actions. Vous viserez ainsi une performance moyenne de l’ordre de 8% par an.

Pour des revenus réguliers ou pour une épargne sécurisée mieux vaut percevoir des loyers ou des intérêts et donc se tourner vers l’immobilier ou des placements dits « obligataires ». Vous viserez alors une rentabilité comprise entre 1% et 4% par an.

Voyons comment cela s’articule en pratique.

L’assurance vie : pour une retraite en souplesse

Avantages
  • Fiscalité avantageuse dès 8 ans
  • Univers d’investissement large
  • Retrait possible à tout moment
  • Avantage fiscal à la succession
  • Possibilité de transformer votre capital en rente
Inconvénients
  • Vigilance sur la tarification des différents contrats

Pour qui ? Pour tout le monde ! L’assurance vie est un placement universel qui vous accompagnera de vos premières années professionnelles à votre succession.

Véritable couteau suisse de l’épargne, l’assurance vie est un placement qui s’adaptera facilement à toutes les phases de votre vie :

  • pendant la phase d’épargne : les supports d’investissement dynamiques (essentiellement investis en actions) vous permettront de viser une performance pouvant aller jusqu’à 8 par an, en moyenne.
  • à votre retraite : vous pourrez progressivement sécuriser votre épargne grâce au fonds euros, dont le capital est garanti.

Par ailleurs, vous n’aurez pas à constituer vous-même votre portefeuille boursier. Au lieu de cela, vous pouvez choisir des fonds d’investissement ; des paniers d’actions gérés par des professionnels.

Parmi les différents supports d’investissement, nous vous conseillons les ETF (aussi appelés trackers), dont les frais sont bien plus réduits.

Retraits programmés et sortie en rente

Le moment venu, l’assurance-vie vous permet d’effectuer des rachats partiels programmés, mensuels ou trimestriels par exemple. Ainsi, votre capital sera versé de façon régulière, tel un complément de retraite, avec une fiscalité avantageuse. Autre option: l’assurance vie vous permet également de convertir votre capital en rente viagère, à savoir un revenu fixe versé jusqu’à votre décès, même si vous vivez centenaire.

Les meilleures assurances vies

La qualité d’une assurance vie est très variable d’une banque à l’autre ou d’une compagnie d’assurance à l’autre. Les frais peuvent avoir des conséquences catastrophiques sur certains contrats. Aussi, pour ne pas vous tromper, vous pouvez choisir la meilleure assurance vie grâce à notre comparatif !

Le PER : préparez votre retraite en réduisant vos impôts

Avantages
  • Défiscalisation sur les versements
  • Investissements dynamiques ou garantis
  • Retrait possible pour l’achat de sa résidence principale
Inconvénients
  • Les fonds sont bloqués jusqu’à la retraite
  • La sortie en rente (ou en capital) est fiscalisée au moment de la retraite

Pour qui ? Le PER est parfaitement adapté aux jeunes seniors (50 ans ou plus) pour qui la période de blocage des fonds sera plus courte. Il est également un excellent produit pour ceux qui connaissent une perte de revenu importante à leur retraite (indépendant, professions libérales, commerçants, etc).

Le Plan d’Épargne Retraite (PER) est un produit issu de la loi pacte de 2019. Côté investissement, il fonctionne exactement comme l’assurance vie ; avec, au choix, un fonds euros et des supports en actions (unités de compte).

Son atout majeur est qu’il vous permet de défiscaliser vos versements aujourd’hui, tout en vous constituant un capital retraite pour demain.

La réduction d’impôt avec le PER

Lorsque vous effectuez un versement sur votre PER, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt, dans la limite d’un plafond fixé par l’Etat. Plus précisément, vos versements retranchés à votre revenu imposable.

Par exemple, si votre revenu net imposable est de 100 000 €, vous vous situez probablement dans la tranche marginale d’imposition à 41 %. En effectuant un versement de 10 000 € en année N, vous réaliserez une économie de 4100 € sur vos impôts en année N+1 (10 000 x 41 % = 4100 ).

Quels investissements peut-on faire sur un PER ?

Sur votre PER, vous pourrez investir en bourse dans différents supports : actions, obligations, OPCVM, ETF mais aussi dans des fonds immobiliers (SCPI ou OPCI). Les PER assurantiels possèdent également une partie du capital garanti en fonds euros.

Sortie en rente ou en capital ?

Une fois à la retraite, il existe deux manières de récupérer votre argent :

  • La sortie en rente, où votre capital devient la propriété de l’assureur. Celui-ci s’engage à vous verser, à vie, un revenu mensuel. Plus le capital accumulé est important, plus votre rente sera élevée. Et, plus vous êtes âgé au moment de la conversion et plus votre rente sera importante.
  • La sortie en capital correspond tout simplement à un retrait de la somme que vous avez investie sur votre PER votre vie durant.

Cela différencie le PER des autres placements d’épargne retraite, sur lesquels la sortie en rente est obligatoire

Vigilance : blocage des fonds et report de fiscalité

Le plan d’épargne retraite est un produit bloqué. En effet, vous ne pourrez pas effectuer de retraits de votre PER avant votre départ à la retraite, sauf pour l’achat de votre résidence principale ou en cas d’accidents de la vie (décès du conjoint et fin d’allocation chômage par exemple).

Par ailleurs, vous devez avoir en tête que qu’au lieu de payer des impôts lorsque vous êtes actif, vous les paierez au moment de la retraite. Mais, vos revenus étant moindres, la fiscalité le sera également, ce qui reste très avantageux. 

Hugo
Les conseils de Hugo

Ne cédez pas à la tentation de verser excessivement sur votre PER pour le gain fiscal, car en cas de besoin, vous ne pourrez plus revenir en arrière. La stratégie idéale est plutôt d’associer un PER et une assurance vie pour cumuler défiscalisation et disponibilité du capital.

Les meilleurs PER

Comme avec l’assurance vie, les frais peuvent largement amputer la performance de votre PER. Fuyez les PER avec des frais d’entrée et opter pour ceux qui ont des frais de gestion réduits. Vous les trouverez essentiellement auprès des courtiers en ligne indépendants. Et pour vous simplifier la vie, voici notre sélection des meilleurs PER.

Le PEA : la bourse à 100 %

Avantages
  • Plus-values totalement exonérées d’impôts après 5 ans
  • Frais réduits
Inconvénients
  • Clôture si retrait avant 5 ans
  • Plafond de versement de 150 000 €

Pour qui ? Le PEA est particulièrement adapté aux jeunes actifs qui souhaitent préparer leur retraite le plus tôt possible grâce à un placement performant.

Le plan d’épargne en actions (PEA) est un placement qui vous permet d’investir dans des actions françaises et européennes. Son avantage ? Après 5 ans de détention il est totalement exonéré d’impôts.  

Comme le PEA est uniquement dédié à la bourse, nous vous recommandons :

  • d’investir à long terme, le plus tôt possible ;
  • d’investir régulièrement pour lisser la prise de risque ;
  • de diversifier vos investissements grâce à des ETF.

Les meilleurs PEA

Un PEA vous coûtera généralement moins cher qu’une assurance vie, néanmoins, certains pièges sont à éviter. En particulier, certaines banques prélèvent des frais de tenue de compte ou des frais d’inactivité. A moins que vous n’ayez l’âme d’un trader assidu, mieux vaut s’orienter vers un PEA qui ne prélèvera que des frais de courtage.

Pour passer à l’action avec le meilleur PEA, consultez notre comparatif !

Les SCPI : pour un complément de retraite régulier

Avantages
  • Investir dans l’immobilier sans contrainte
  • Toucher des revenus stables et réguliers
  • Des rendements autour de 4% avec une prise de risque modérée
Inconvénients
  • Fiscalité importante
  • Frais d’entrée élevés

Pour qui ? Les SCPI sont idéales si vous êtes déjà à la retraite ou en passe de l’être. En effet, avec une tranche marginale d’imposition est plus basse, la fiscalité sera moins punitive et les revenus dégagés viendront compléter votre retraite.

Pour un revenu stable et régulier, rien de mieux qu’un loyer qui tombe tous les mois. Mais pour éviter les contraintes d’un investissement locatif en direct, nous vous conseillons les SCPI.

Le principe des SCPI ? Investir via une société de gestion dans des parcs immobiliers de bureaux, locaux commerciaux ou biens résidentiels. Avec une rentabilité d’environ 4 à 5%, vous touchez ainsi des loyers tous les mois (ou tous les trimestres), en guise de retraite complémentaire

Malheureusement, la fiscalité des SCPI n’est pas très avantageuse : les loyers tombent dans l’impôt sur le revenu. Il y a néanmoins deux façons de réduire la fiscalité de l’assurance vie :

  • la première consiste à souscrire à des SCPI au sein d’une assurance vie pour profiter de son cadre fiscal avantageux.
  • la seconde, un peu plus complexe, consiste à souscrire à des parts de SCPI en nue-propriété.

Pour trouver une assurance vie qui vous permet d’acheter des SCPI, c’est par ici.

Conclusion : vos placements pour la retraite

A la lecture de cet article, il vous sera sans doute apparu que LE placement retraite n’existe pas. Au lieu de cela, il est plus judicieux de combiner plusieurs placements, selon votre âge et votre situation.

  • Si vous avez moins de 45 ans: combinez l’assurance vie et le PEA, en misant principalement sur les supports boursiers.
  • Si vous avez entre 45 et 60 ans : combinez l’assurance vie et le PER, avec une majorité de supports dynamiques.
  • Si vous avez plus de 60 ans : l’assurance vie reste votre alliée, pensez à sécuriser progressivement votre épargne avec le fonds euros. Vous pouvez la combiner avec des SCPI pour en tirer des revenus réguliers.