Vous connaissez sans doute les principaux placements financiers, comme le livret A, l’assurance-vie ou encore le PEA. Mais savez-vous qu’il existe de multiples alternatives à ces placements classiques ? Voici un tour d’horizon des placements alternatifs qui peuvent s’avérer intéressants, à court, moyen, ou long terme, pour diversifier votre patrimoine !

Le crowdfunding

Le crowdfunding (ou financement participatif) vous permet d’entrer en contact avec des porteurs de projet, via une plateforme internet. L’objectif est de collecter de l’argent auprès du grand public – d’une « crowd » (foule, en anglais) – pour financer une startup ou une PME déjà bien implantée.

Le crowdfunding peut se faire par prêts ou par participation au capital. On distingue ainsi essentiellement trois formes de financement participatif :

  • Le crowdlending : dont l’étymologie vient de « to lend« , qui veut dire prêter. Il s’agit dont de prêts de l’argent à des entreprises.
  • Le crowdfunding equity : « equity » signifiant actions, il s’agit ici d’acquérir des actions ou des parts sociales d’une entreprise non cotée.
  • Le crowdfunding immobilier, qui est généralement une forme de crowdlending dédié aux constructions immobilières et plus rarement un investissement locatif à plusieurs.

Le crowdlending, prêtez aux PME françaises

Le crowdlending prend la forme de contrats de prêts ou d’émissions obligataires. Avec ce placement alternatif, vous prêtez donc à des entreprises viables, qui ont un historique fiable et un chiffre d’affaires relativement constant. Il s’agit le plus souvent de PME, et parfois de TPE pour lesquelles le financement participatif est une alternative au prêt bancaire.

En contrepartie de votre financement, l’entreprise en question vous rembourse avec des intérêts qui peuvent varier de 2 à 10%, selon la maturité de la société visée et le risque associé.

Attention, il arrive que ces entreprises rencontrent des difficultés à rembourser, ce qui peut entraîner des pertes en capital. Veillez à ne pas tout miser sur un seul projet !

La fiscalité du crowdlending

Fiscalement, vous devez déclarer les revenus issus du crowdlending à l’administration fiscale car les intérêts sont soumis à la flat tax de 30% (17,2% pour les charges sociales et 12,8% au titre de l’impôt).

Les plateformes de crowdfunding françaises fournissent dans la plupart des cas un IFU, qui détaille les revenus perçus pendant l’exercice fiscal. La majorité prélève directement un acompte de 30% et les transmet à l’administration fiscale. Vos gains sont alors nets de fiscalité.

Si vous perdez votre mise, partiellement ou totalement, vous pouvez aussi déduire vos pertes de vos gains futurs sur une période de 5 ans.

Les plateformes de crowdfunding à l’étranger ne communiquent pas avec Bercy. Veillez à bien déclarer vous-même, vos gains annuels.

Avantages et inconvenients du crowdlending

Avantages
  • Taux d’intérêt relativement élevés
  • Possibilité de choisir les entreprises par vous-même
Inconvénients
  • Risque de retard et de défaut de paiement non négligeable
  • Épargne bloquée

Le crowdfunding immobilier

Comme son nom l’indique, le crowdfunding immobilier se concentre sur les opérations immobilières. Dans la plupart des cas, vous prêtez de l’argent à des promoteurs immobiliers ou des marchands de biens qui réalisent des travaux de construction ou de réhabilitation.

Vos fonds sont immobilisés entre 12 et 36 mois avec une espérance de gain qui peut dépasser 10% par an. Mais attention, le promoteur ne vous remboursera qu’au terme de l’opération !

S’agissant d’un prêt, vos revenus sont soumis à ce titre à la flat tax de 30%.

Avantages et inconvenients du crowdfunding immobilier

Avantages
  • Belle rentabilité, parfois supérieure à 10% par an
  • Sélection en amont des projets par la plateforme
  • Taux de défaut plus faibles que sur le crowdlending
  • Placement à court terme
Inconvénients
  • Investissement totalement bloqué
  • Risque de défaut ou de retard de paiement
  • Placement prisé : vous devez être à l’affût pour participer aux projets

Le crowdfunding equity

Avec le crowdfunding equity, vous injectez de l’argent au capital social d’une société. En contrepartie, vous recevez des titres : des actions ou des parts sociales.

Cette fois-ci, vous investissez dans des startups innovantes ou au capital de PME qui se lancent dans de nouveaux projets, le crowdfunding equity est donc intrinsèquement plus risqué que le crowdlending. D’autant que vous ne savez pas vraiment quand vous revendrez vos parts : vous devrez attendre qu’un gros investisseur institutionnel entre au capital, que la société s’introduise en bourse, ou que celle-ci se fasse racheter.

Heureusement, le fisc se montre clément pour contrebalancer les défauts de ce placement alternatif mais très utile au développement économique.

La fiscalité du crowdfunding equity

La fiscalité du crowdfunding equity se dédouble selon l’une des deux options que vous choisissez :

  • Option 1 – investissement au sein d’un PEA ou PEA PME : vous pouvez choisir d’acquérir les actions d’une startup ou d’une PME au sein de votre PEA ou de votre PEA PME. Vous profitez alors de son cadre fiscal : vos plus-values sont exonérées d’impôts 5 ans après ouverture du PEA.
  • Option 2 – défiscalisation : si vous choisissez d’investir en direct, vous pouvez déduire 18% du montant investi de vos impôts, dans la limite d’un investissement de 50 000 € par an et par personne ; soit un gain fiscal de 9 000 € ! Vos plus-value seront, en revanche, soumises à la flat tax à la revente.
Avantages
  • Rentabilité potentiellement importante à terme
  • Fiscalité avantageuse : PEA ou réduction d’impôts
Inconvénients
  • Risque de perte en capital
  • Illiquidité des parts

Trouvez les meilleures plateformes de crowdfunding ici ! Et si c’est la réduction d’impôt qui vous intéresse, on vous présente d’autres solutions pour défiscaliser dans notre comparatif.

Les forêts et et les groupements forestiers

Placement alternatif : investir dans la forêt.

La France est un pays parsemé de belles forêts et investir dans une forêt permet de détenir un actif réel et tangible. La forêt est entretenue et le bois y est exploité et vendu. En outre, c’est un placement neutre en carbone puisque les arbres sont replantés.

De prime abord, on pourrait penser qu’acheter une parcelle de forêt est un placement alternatif réservé à une certaine élite. Mais avec les groupements forestiers c’est très simple. Les groupements forestiers sont à la forêt ce que sont les SCPI à l’immobilier : un placement « packagé », accessible depuis votre canapé avec un ticket d’entrée de 1 000 à 10 000 euros.

Avec un investissement en groupement forestier, vous pouvez viser un rendement de l’ordre de 1 à 2% en moyenne. Ce n’est pas énorme, mais c’est une alternative décorrélée des marchés financiers et immobiliers. Et surtout, il s’accompagne d’une fiscalité très alléchante.

La fiscalité des groupements forestiers

Les groupements forestiers bénéficient d’une fiscalité avantageuse à plus d’un titre :

  • vous bénéficiez d’une réduction de l’impôt sur le revenu de 18% à 25% du montant investi (avec un plafond qui varie selon que vous achetez des parts sur le marché primaire ou secondaire) ;
  • vos parts de groupements forestiers sont exonérées de l’IFI à hauteur de 75% ;
  • en outre, les parts nouvellement émises sont également exonérées de droits de succession à hauteur de 75%.

Avantages et inconvénients des groupements forestiers

Avantages
Inconvénients
  • Rentabilité faible
  • Risque d’illiquidité des parts achetées
  • Frais d’entrée conséquents (~ 10%)

On vous en dit plus sur les groupements forestiers ici !

Les parkings, une alternative à l’immobilier locatif

Le parking est un placement alternatif à la pierre, intéressant pour les petits budgets. Qui plus est, l’entretien est sommaire et le bail est plus souple qu’avec un logement locatif. Vous pouvez espérer une rentabilité brute de l’ordre de 5% à 8% avant décompte des charges et des frais afférents.

Une des difficultés et de trouver le bon emplacement, que ce soit pour un garage ou un box. Les meilleures opérations se situent dans les grandes villes comme Paris, Toulouse, Bordeaux, Nantes ou Rennes. Ainsi à Paris, en avril 2021, la demande a été multipliée par 1,6 au dernier semestre.

Fiscalité des parkings

Malheureusement, la fiscalité des parkings suit celle de l’immobilier classique. Les loyers de vos parkings sont donc imposés à l’IR après un abattement forfaitaire de 30% pour les personnes éligibles au micro-BIC ou après déduction des charges pour le régime réel.

Si vous cédez votre parking, vous serez imposé au titre du régime de la plus-value immobilière.

Avantages et inconvénients des parkings

Avantages
  • Accessible aux petits budgets
  • Peu de contraintes de gestion
  • Souplesse du bail
  • Rentabilité intéressante
Inconvénients
  • Bons emplacements peu nombreux
  • Fiscalité peu avantageuse
  • Attention aux frais de notaires, sensiblement plus élevés que pour des appartements

L’art, un placement alternatif

Placement alternatif : les œuvres d'art.

Le marché de l’art a longtemps été l’apanage des investisseurs aisés. Fort heureusement, il s’est démocratisé ces dernières décennies, grâce à internet. On estime ainsi le nombre de collectionneurs d’art à environ 70 millions à travers le monde. Cette expansion du marché de l’art offre des perspectives de rentabilité intéressantes. Certains fonds d’investissement se sont même spécialisés dans ce segment alternatif.

Fiscalement, les œuvres d’art sont soumises à de multiples taxes lors d’un achat ou d’une vente. Cette fiscalité est à prendre en compte, notamment si vous achetez votre œuvre à l’étranger. Ainsi, lors de l’achat d’une œuvre d’art, vous devrez vous acquitter d’une TVA au taux de 20 %. Ce taux étant ramené à 5,5 % si vous achetez en France ou dans l’Union européenne. 

Si vous cédez votre œuvre d’art, vous devrez vous acquitter d’une plus-value taxable à hauteur de 19 %, plus 17,2 % et de prélèvements sociaux. Néanmoins, vous pouvez bénéficier d’un abattement de 5 % par année de détention à partir de la 2e année, avec une exonération totale à partir de 22 années de détention.

Avantages et inconvénients de l’art comme placement alternatif

Avantages
  • Investissement plaisir
  • Fiscalité attrayante sur le long terme
Inconvénients
  • Placement très spéculatif
  • Placement peu liquide

Des sites comme Artalistic ou Artsper permettent d’acheter des œuvres d’art en ligne.

Les cryptomonnaies

Placements alternatifs : les cryptomonnaies

Investir dans la cryptomonnaie devient de plus en plus à la mode.  Néanmoins, les cryptos sont un placement alternatif risqué car leurs cours sont très volatils. Une simple déclaration d’Elon Musk peut faire grimper ou dégringoler la cote d’une crypto. Le Bitcoin en a fait les frais à plusieurs reprises. Quant aux alt-coins, ces cryptomonnaies alternatives au Bitcoin, elles sont encore plus volatiles et beaucoup sont sujettes à des manipulations de marché.

Vous pouvez désormais facilement acquérir des cryptomonnaies sur des plateformes de trading, qui proposent même d’investir avec un effet de levier multiplicateur ; avis aux amateurs de sensations fortes !

Concernant l’imposition, le fisc français distingue les revenus occasionnels soumis à la flat tax à 30 %, de ceux engendrés par des activités professionnelles, taxés différemment.

Avantages et inconvénients des cryptos

Avantages
  • Marché ouvert 24h/24 et 7j/7
  • Effet de levier possible
Inconvénients
  • Placement très spéculatif
  • Pas de  surveillance réglementaire
  • Frais de courtage plus importants que sur les actions

Retrouvez les meilleures plateformes de trading de cryptomonnaie dans notre comparatif !

Les autres placements alternatifs

Les montres de luxe

Placement alternatif : les montres de luxe

Les montres de luxe d’occasion peuvent être de bons placements sur le long terme, à condition toutefois de se cantonner à quelques marques et modèles appréciés. Les marques les plus connues (Rolex, Patek Philipe, Jaeger Lecoultre…) seront aussi les plus liquides.

Il est indispensable de connaître les caractéristiques du modèle, afin d’évaluer les possibilités de revalorisation. Les caractéristiques d’une pièce peuvent en faire une montre très précieuse notamment si elle fait partie d’une édition limitée. Retenez qu’une Rolex Submariner d’occasion à une véritable côte qui prend 5% par an. C’est à ce jour, une montre presque aussi liquide qu’un actif coté!

En outre, le mécanisme de la montre doit être reconnu (Oyster chez Rolex par exemple) et la pièce doit être en excellent état. Fiez-vous aux revendeurs professionnels comme Olivine, à Paris. Quand on achète une montre, il faut pouvoir en jauger l’état ; ce qui est plus difficile à faire sur internet.

Fiscalité de montres de luxe

Lorsque vous vendez votre montre, vous choisissez entre deux options fiscales alternatives :

  • Taxe forfaitaire sur les objets précieux : à hauteur de 6 % du prix de cession. Si le prix de cession est inférieur à 5 000 €, vous êtes exempté d’impôt.
  • Taxation au régime des plus-values : imposition à hauteur de 19 % au titre de l’impôt avec 5% d’abattement par année de détention à compter de la seconde. À cela il faut ajouter 17,2% de prélèvements sociaux.

Gardez vos justificatifs en cas de contrôle! Vous devez être en mesure de prouver la date d’acquisition de votre précieux garde-temps.

Les voitures de collection

Placement alternatif : les voitures de collection

Investir dans une voiture de collection est un placement alternatif qui permet d’allier l’utile à l’agréable. Vous pouvez accéder à ce marché sans disposer de sommes faramineuses mais vous devez absolument avoir recours à un expert. Une 2CV en bon état se négocie ainsi aux alentours de 9 000 euros et vous pouvez miser sur une hausse probable de son prix dans les prochaines années.

Il faut toujours acheter une voiture saine, à moins d’avoir vous-même un penchant pour la mécanique. Autrement, le rêve peut rapidement se transformer en cauchemar. Méfiez-vous des vices cachés comme la corrosion.

Dans ce marché, les grandes marques dominent les autres à plate couture : Ferrari et Porsche font la course en tête !

Une voiture est considérée par le fisc comme étant de collection si elle a une carte grise classée « collection ». Cette classification concerne aussi les voitures qui ont plus de 30 ans et qui ne sont plus produites.

La fiscalité est identique à celle des objets précieux décrite dans le paragraphe précédent sur les montres de luxe.

Le vin comme placement alternatif

Placement alternatif : le vin

Peut-on gagner de l’argent en s’offrant une ou plusieurs bouteilles de grand cru? La réponse est oui. Pour réaliser un investissement rentable, il faudra vérifier le prix d’achat, la provenance de la bouteille, la qualité de conservation et les stocks encore disponibles du flacon convoité.

Ici l’adage “qu’importe le flacon du moment qu’on a l’ivresse” ne prévaut pas pour l’investisseur avisé. La valeur vénale comprend également les frais de stockage et d’assurance. 

Les cours du vin ont progressé ces dernières années de 6% en moyenne. Les cours sont certes volatils mais le rendement moyen d’un bon millésime peut grimper à 13% sur cinq ans.

Une autre manière d’attaquer ce marché est d’aller à la source et d’investir directement dans des vignes.

Les vignes et groupements viticoles

Placement alternatif : vignes et groupements viticoles

Un groupement foncier viticole (GFV) fonctionne comme un groupement forestier : vous n’avez rien à faire. Le gestionnaire s’occupe de la partie financière et l’exploitant a pour mission de rentabiliser les vignes en produisant le vin et en le vendant.

Les GFV sont avant tout des investissements plaisirs : beaucoup d’entre eux vont rémunéreront en nature, avec une partie des bouteilles produites !

Mais les avantages fiscaux octroyés dans le cadre de l’acquisition de parts de GFV sont également attractifs en matière d’IFI et d’impôt sur les successions.

En effet, la valeur de vos parts en GFV est exonérée d’IFI à hauteur de 75 % dans la limite de 101 897 €. Au-delà, cette exonération concerne encore 50 % de leur valeur. Autrement dit, si vous possédez 100 000 € de parts de GFV, vous ne serez imposable à l’IFI que sur 25 000 €.

En cas de donation ou de succession, vos parts de GFV sont exonérées de droits à hauteur de 75 % jusqu’à 300 000 €.

Quand investir dans un placement alternatif ?

La plupart des placements alternatifs que nous avons cités sont soit spéculatifs soit relativement peu liquides, et parfois les deux à la fois !

Ces placements doivent donc être vus comme des compléments à des placements plus traditionnels (placements bancaires, placements boursiers, placements immobiliers). Les placements alternatifs permettent de diversifier votre patrimoine mais, de notre point de vue, ils ne doivent pas représenter plus de 5 à 10% de votre surface patrimoniale.