Un placement financier permet de faire fructifier votre épargne. Il existe de nombreux placements financiers, des bons et des moins bons. Mais attention, la performance ne doit pas être le seul critère de choix. D’ailleurs, nous vous conseillons de ne pas vous restreindre à un seul placement financier, car tous ont des avantages comparatifs dont vous pouvez tirer parti.

Les principales catégories de placements financiers

Pour vous donner une vision d’ensemble, voici les principales catégories de placements financiers :

  • Les placements bancaires : ce sont des comptes bancaires rémunérés et sans risque. Vous les connaissez pour la plupart : livret A, PEL, compte à terme, etc.
  • Les placements boursiers: les principaux sont les actions et des obligations cotées en bourse. Elles permettent de financer des entreprises qui, en contrepartie, vous versent des dividendes ou des intérêts. Il y a aussi les fonds d’investissement, qui permettent d’investir dans plusieurs actions et obligations simultanément.
  • Les placements immobiliers, qui permettent d’investir dans l’immobilier « papier », c’est-à-dire sans devoir acheter vous-même un bien immobilier.

Comme nous allons le voir par la suite, cette liste n’est pas exhaustive. Par exemple, le fonds euros de l’assurance-vie est un placement un peu à part, qui investit en partie en bourse et en immobilier.

Les placements financiers bancaires

Les placements bancaires sont les plus simples et les plus connus. Ils fonctionnent comme des comptes bancaires mais vous permettent de toucher des intérêts. Les principaux placements bancaires sont :

  • Le livret A et le LDDS (Livret développement durable et solidaire) ;
  • Les livrets bancaires non réglementés, aussi appelés super livrets ;
  • Le compte à terme (les intérêts dépendent de l’échéance choisie) ;
  • Le PEL (Plan épargne logement) et le CEL (Compte épargne logement).

Malheureusement, la rémunération de ces placements financiers est extrêmement faible : 0,5% net pour le Livret A et le LDDS, 1% brut pour le PEL, soit 0,7% net, moins pour les autres.

Parmi ces placements nous vous conseillons de ne retenir que le Livret A et le LDDS. Ils vous serviront pour votre épargne de disponibilité : quelques milliers d’euros que vous gardez sous le coude pour des dépenses à venir (vacances, cadeaux, etc.). Le PEL n’est pas adapté car tout retrait entraine la fermeture du plan. Et si vous souhaitez un placement sans risque un peu plus rémunérateur, vous pouvez utiliser le fonds euros (on en parle plus bas).

Avantages
  • Simplicité
  • Disponibilité de l’épargne
  • Taux connus à l’avance : 0,5% (livret A et le LDDS)
  • Absence de risque
Inconvénients
  • Très peu rémunérateurs
  • Plafonné à 22 950 € pour le livret A, 12 000 € pour le LDDS, 61 200 € pour le PEL.
  • PEL : tout retrait entraine la fermeture du plan.

Quel placement bancaire choisir : le Livret A ou le LDDS

Pourquoi les utiliser : pour votre épargne de disponibilité (quelques milliers d’euros pour vos achats plaisir)

Le fonds euro de l’assurance-vie

Le fonds euros est un placement financier garanti que vous pouvez obtenir dans une assurance-vie. Mettons fin tout de suite à l’idée selon laquelle, dans l’assurance-vie, votre agent est bloqué. Ce n’est pas vrai. Vous pouvez récupérer tout ou partie de votre épargne à tout moment.

Le fonds euros est malheureusement de moins en moins rémunérateur, en 2020 le rendement moyen des fonds euros a été de 1,3%. Cependant, certaines assurances-vie ont des fonds euros boostés. À condition de l’associer à des supports d’investissements bousiers, vous pouvez obtenir un rendement bonifié avoisinant 3%. Pour trouver les meilleurs assurances-vie, consultez notre comparatif !

Avantages
  • Placement sans risque
  • Disponible à tout moment
  • Fiscalité avantageuse de l’assurance-vie
Inconvénients
  • Rendement faible : 1,5% pour les bonnes assurances-vie, jusqu’à 2,9% avec un taux bonifié.
  • Attentions aux frais de versement sur certaines assurances-vie

Utilisez le fonds euros pour sécuriser une partie de votre épargne de moyen/long terme.

Bien choisir votre assurance-vie avec notre comparatif

Les placements boursiers

Nous avons vu que les placements garantis (fonds euros et livrets) étaient peu rémunérateurs. Si vous souhaitez que votre patrimoine vous rapporte davantage, il faut donc accepter une certaine dose de risque. Les placements boursiers sont parmi les plus rentables sur le long terme. Mais ne vous alarmez pas, il ne s’agit pas, comme au casino, de risquer de tout perdre du jour au lendemain. Avec la bourse, le risque se traduit par des fluctuations quotidiennes, à la hausse ou à la baisse. Cependant, à condition de bien diversifier, ces placements financiers sont gagnants sur le long terme.

Pour investir en bourse, il est nécessaire d’ouvrir un compte-titres, un PEA (Plan épargne en actions), une assurance-vie ou un PER.

Retrouvez notre guide détaillé pour investir en bourse de manière efficace et performante !

Les actions

Une action est une fraction d’entreprise. Détenir une action vous permet de percevoir une partie des bénéfices de l’entreprise sous forme de dividendes. Si les bénéfices de l’entreprise s’accroissent, la valeur de l’action s’apprécie, vous pouvez alors revendre vos actions en réalisant une plus-value.

Les actions sont volatiles mais, sur le long terme, un portefeuille d’actions diversifié permet une rentabilité de l’ordre de 8% par an en moyenne.

Voici nos conseils pour investir en actions :

  • Investissez via un PEA (Plan Épargne en Actions) ou une assurance-vie pour profiter d’une fiscalité avantageuse ;
  • Utilisez des ETF (Exchange Traded Funds) plutôt que des actions individuelles. Les ETF sont des paniers d’actions qui vous permettent de bien diversifier votre placement financier !
Avantages
  • Performance : 8% par an en moyenne pour un portefeuille bien diversifié
  • Fiscalité avantageuse si vous investissez via une assurance-vie ou un PEA
  • Votre argent n’est pas bloqué, vous pouvez revendre vos actions en quelques secondes
Inconvénients
  • Les fluctuations : vous pouvez gagner 15% une année et perdre 10% l’année suivante. Mais sur le long terme, visez 8% en moyenne.
  • Gérer un portefeuille d’actions peut prendre du temps. Pour faire simple avec peu de frais, utilisez des ETF.

Quand investir en actions : pour un placement financier de long terme (supérieur à 8 ans).

Quel compte choisir : le meilleur PEA et la meilleure assurance-vie grâce à nos comparatifs !

Les obligations

Les obligations sont des titres de créance. Autrement dit, ce sont des prêts à des entreprises (ou à des États) qui permettent de toucher des intérêts.

Tout comme les actions, certaines obligations sont cotées en bourse. Mais, comme leur rémunération est fixée à l’avance, le prix des obligations varie moins que celui des actions. Elles sont donc moins risquées et plus adaptées à un placement de court/moyen terme.

Vous pourrez difficilement acheter des obligations individuelles car une transaction nécessite généralement un montant de 100 000 €. Cependant, avec un ETF obligataire, vous pouvez acheter un panier d’obligations diversifiées à partir de quelques dizaines d’euros.

Les ETF obligataires ne sont pas éligibles au PEA, lequel est réservé aux actions. Vous pouvez, en revanche, en acheter dans une assurance-vie ou dans un compte-titres.

Avantages
  • Fluctuations modérées
  • Disponibilité immédiate, comme avec les actions
  • Fiscalité avantageuse dans l’assurance.
Inconvénients
  • Rendements modérés de l’ordre de 1 à 5% en fonction du type d’obligations

Quand investir dans des obligations : pour un placement de court moyen/terme ( ~ 5 ans). C’est intéressant de les associer au fonds euros.

Dans quel compte investir : le meilleur compte-titres ou la meilleure assurance-vie grâce à nos comparatifs !

Les autres placements boursiers

Il existe d’autres placements boursiers, en plus des actions et des obligations. Mais beaucoup d’entre eux y sont reliés. Les voici :

  • les fonds d’investissement (SICAV et OPCVM) : ce sont des paniers d’actions ou d’obligations qui vous permettent d’investir sans avoir à sélectionner vous-même les titres un à un.
  • les ETF (dont nous avons parlé plus haut). Il s’agit d’une sous-catégorie de fonds d’investissement. Les ETF présentent plusieurs avantages : leurs frais sont très inférieurs à ceux des fonds classiques, ils sont plus performants et plus diversifiés.
  • les produits à effet de levier : les CFD, les warrants, et les turbos. Ce sont des produits dont la valeur dépend du prix d’une action ou d’un indice boursier et qui permettent de parier à la hausse ou à la baisse avec un effet multiplicateur. Attention à ces produits car ils présentent un risque de perte en capital élevé.
  • le Forex, qui permet d’acheter et de vendre des devises avec un effet multiplicateur. Nous vous le déconseillons car c’est un actif très spéculatif.
  • les matières premières cotées en bourse : acheter de l’or ou investir dans le pétrole permet de diversifier ses placements financiers. Nous ne les recommandons pas aux personnes qui débutent en bourse.
Hugo
Les conseils de Hugo

Pour réaliser un placement boursier performant, nous vous conseillons de vous constituer un portefeuille d’ETF, combiné au fonds euros.  Misez surtout sur les ETF obligataires et le fonds euros à court terme, et les ETF actions à long terme.

 

Vous pouvez retrouver les étapes à suivre pas à pas dans notre guide de la bourse. Sinon, il est aussi possible d’opter pour une gestion pilotée et ainsi déléguer la gestion de votre portefeuille à une équipe de professionnels.

Les SCPI : pour placer dans l’immobilier

Plusieurs placements financiers permettent d’investir dans l’immobilier. On parle parfois de « pierre papier« . Il s’agit de sociétés ou de fonds d’investissements qui gèrent un parc immobilier : des logements, des bureaux ou des locaux commerciaux. Les gestionnaires se chargent d’acquérir de nouveaux biens et de les mettre en location.

En investissant dans la pierre papier, vous touchez alors une partie des loyers. Voici les deux principaux placements financiers de ce type :

La différence entre ces deux placements est que les OPCI n’investissent que 60% à 90% des fonds dans l’immobilier. Le reste est placé dans des actifs financiers liquides et réservé en trésorerie. A contrario, la SCPI ne détient que des biens immobiliers.

Nous vous conseillons plutôt de vous focaliser sur les SCPI qui sont plus rentables. La force des SCPI est de générer un revenu régulier et stable de l’ordre de 4% par an.

Avantages
  • Un revenu stable et régulier
  • Un rendement intéressant de l’ordre de 4% par an
  • La possibilité d’acheter des parts de SCPI à crédit
Inconvénients
  • Des frais d’entrée très élevés (~10%)
  • Une fiscalité peu avantageuse, sauf si vous investissez via une assurance-vie
  • Soumis à l’IFI

Quand investir dans une SCPI : pour générer un revenu régulier à partir d’un capital existant

Quelle SCPI choisir : retrouvez notre sélection des meilleures SCPI ici !

Les autres placements financiers

Finissons notre comparatif avec quelques autres placements financiers moins rependus. Ils peuvent être utiles pour diversifier votre patrimoine. Nous vous recommandons toutefois de commencer par les placements que nous avons vus précédemment.

  • Le crowdlending (ou placement participatif par prêt) consiste à prêter votre argent à des TPE et des PME non cotées. Pour cela, il suffit de s’inscrire sur une plateforme de financement participatif et de financer les projets de votre choix. En retour, vous touchez des intérêts qui peuvent aller de 2% à 10% en fonction de la solidité de l’entreprise. Suivez ce lien pour en savoir plus sur le financement participatif.
  • Le private equity est un placement en actions d’entreprises non cotées. Vous financez des startups ou des PME et devenez actionnaire de ces entreprises. Il faut avoir en tête que le private equity est risqué et que votre argent est bloqué sur le long terme. En revanche, cela donne droit à une réduction d’impôt. Suivez ce lien pour en savoir plus sur l’investissement dans des startups.
  • Les placements de défiscalisation. Certains placements financiers comme l’investissement en startup permettent de réduire vos impôts. Il y en a d’autres : le PER et la loi Girardin par exemple. Attention, ces placements financiers ne sont pas magiques pour autant. Le PER est par exemple bloqué jusqu’à la retraite, le Girardin est un investissement un fonds perdu. Pour en savoir plus, consultez notre guide de la défiscalisation !