Un placement diversifié permet de réduire les risques. Dit simplement, il s’agit de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Mais en finance, une diversification réussie ne consiste pas simplement à multiplier les placements.

Faisons le point sur cette notion essentielle.

Diversifiez votre portefeuille boursier

En diversifiant votre portefeuille boursier, vous réduisez le risque de perte sans amoindrir la performance. Pour bien diversifier, il faut associer des actifs au comportement différent : des actifs dont les cours de bourse ne sont pas corrélés. En effet, si le prix de l’un baisse, il faut que les autres puissent compenser. Voici quelques règles à respecter.

N’investissez pas (que) dans des titres individuels

Votre première erreur consiste souvent à investir dans une poignée d’actions. En effet, si une de vos actions est défaillante, alors c’est l’ensemble de votre investissement qui va subir de fortes pertes. Au contraire, si vous avez des centaines d’actions dont une qui perd 30 ou 40%, cela ne sera même pas visible dans la globalité de votre portefeuille !

Hugo
Les conseils de Hugo

Une façon simple de bien diversifier est d’utiliser des ETF, ce sont des fonds cotés en bourse dont certains investissent dans des centaines ou des milliers de titres. Leurs avantages : ils ont des frais très réduits.

Investissez à l’international

Une autre erreur courante consiste à investir dans des actions françaises uniquement. Cela peut être rassurant parce que vous connaissez bien les activités de BNP, Peugeot ou LVMH, mais cela vous fait porter un risque géopolitique majeur. Une décision politique ou fiscale peut avoir des dommages importants sur toutes les entreprises d’un pays. Le Brexit a par exemple été un coup dur porté aux actions anglaises.

En investissant partout à travers le monde, vous réduisez ce risque. Vous profitez par ailleurs d’une croissance souvent plus dynamique en dehors de nos frontières, que ce soit aux États-Unis ou dans les pays émergents.

Investissez dans tous les secteurs d’activité

Une troisième erreur consiste à investir dans un seul secteur d’activité : dans l’intelligence artificielle parce que c’est la mode, ou dans les énergies renouvelables parce que c’est l’avenir. S’il est compréhensible d’exclure certains secteurs économiques qui ne sont pas en accord avec vos valeurs, ne négligez pas les services et les industries apparemment moins sexy.

En bourse, on peut distinguer deux types d’actions : les actions cycliques et les actions non cycliques :

  • Les actions cycliques sont très sensibles aux conditions économiques. Ce sont par exemple les entreprises du luxe, les compagnies aériennes ou les constructeurs automobiles. Autant de produits qui sont moins consommés en temps de crise.
  • Les entreprises non cycliques vendent des biens essentiels, l’alimentaire de base ou des produits d’hygiène. Elles sont donc beaucoup moins sensibles à la conjoncture économique.

En incluant ce deuxième type d’actions dans votre portefeuille, vous limiter sa volatilité et vous renforcez sa capacité à traverser les crises.

Ajoutez des actifs obligataires à votre portefeuille

Une obligation est un titre de créance : c’est un prêt accordé à une entreprise ou à un état. Comparées aux actions, elles présentent plusieurs avantages :

  • elles génèrent des revenus fixes ;
  • elles sont moins volatiles et moins risquées ;
  • bien souvent, quand les actions baissent fortement les obligations ont tendance à monter, elles jouent le rôle de valeur refuge.

En ajoutant des obligations vous réduisez donc le risque de votre portefeuille et vous l’équipez d’une sorte d’amortisseur !

Les obligations d’États occidentaux sont les moins risquées, mais aujourd’hui elles ne rapportent pas grand-chose. Les obligations d’entreprises sont plus risquées mais plus rentables.

Là encore, le plus simple pour investir dans des obligations est d’utiliser des ETF obligataires.

Diversifiez l’intégralité de votre patrimoine

Nous avons vu comment bien diversifier votre portefeuille boursier. Cependant, cela n’est pas suffisant pour une gestion aboutie de votre patrimoine dans son ensemble. En organisant correctement votre patrimoine, vous pouvez éviter certains risques qu’on a tendance à oublier.

Investissez en bourse ET en immobilier

La bourse et l’immobilier sont deux types de placement très différents. Sur le long terme, les placements boursiers sont plus rentables. Ils ont aussi l’avantage d’être très liquides : vous pouvez récupérer vos sous à tout moment. L’immobilier est plus stable : les prix ne sont pas soumis à des variations rapides. Par contre, réaliser un investissement immobilier est souvent plus contraignant.

Néanmoins, la régularité des revenus que vous pouvez obtenir avec placement immobilier est intéressante. Surtout si vous avez déjà un patrimoine conséquent et que votre objectif est d’obtenir complément de revenu.

Heureusement, il existe plusieurs façons d’investir dans l’immobilier sans les contraintes de la gestion locative. Pour investir dans l’immobilier depuis votre canapé, vous avez :

  • Les SCPI, qui vous permettent d’investir dans un parc immobilier géré par des professionnels et d’en tirer des loyers. Elles sont pertinentes sur le long terme.
  • Le crowdfunding immobilier. En finançant des projets de promoteurs immobiliers, vous touchez des intérêts de l’ordre de 8 à 10% sur des durées de 1 à 4 ans.

Retrouvez aussi notre guide complet pour investir dans l’immobilier !

Diversification de vos enveloppes fiscales

On pense rarement au risque fiscal. Pourtant, la fiscalité est le terrain de jeu préféré de nos dirigeants politiques. Elle varie sans arrêt. L’immobilier profitait par exemple de largesses fiscales, c’est aujourd’hui le seul actif soumis à l’impôt sur la fortune. L’assurance-vie est souvent victime de dégradation de son cadre fiscal, mais elle reste encore très avantageuse.

En ayant plusieurs cordes à votre arc, vous pouvez facilement adapter votre patrimoine aux changements fiscaux. Voici les comptes, ou enveloppes fiscales que vous devriez avoir :

Par ailleurs, en ouvrant ces comptes même avec peu d’argent, vous prenez date. Cela qui vous assure une certaine stabilité du traitement fiscal auquel vous serez soumis à l’avenir. Pour vous aider à choisir, retrouvez notre comparatif des meilleurs PEA et des meilleurs courtiers en bourse.

Diversifiez vos interlocuteurs

Les dirigeants politiques ne sont pas les seuls à changer d’avis. Il arrive aussi que votre courtier préféré décide de changer sa grille tarifaire ou de restreindre l’éligibilité de certains supports d’investissement.

Vous pouvez avoir plusieurs comptes-titres et plusieurs assurances-vie, alors ne vous privez pas !

Notez au passage que l’état garantit les pertes occasionnées en cas de défaut de votre assureur à hauteur de 70 000 € par assurance-vie, à condition que celles-ci soient ouverte auprès d’assureurs différents. Quitte à diversifier, assurez-vous que le courtier ET l’assureur soient bien différents.

Quelques autres placements pour une diversification avancée

Pour finir, nous vous donnons quelques placements bonus qui seront utiles si vous avez déjà appliqué l’ensemble des règles de diversification précédentes.

Investissez dans des start-up ou des PME

Le private equity consiste à investir dans des entreprises non cotées, qu’elles soient toutes jeunes ou déjà matures. L’avantage du private equity c’est que c’est un actif fortement décorrélé de la bourse. Cela s’adresse en revanche à des patrimoines aisés, qui peuvent bloquer une partie de leur investissement au moins 10 ans. Pour vous lancer, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Investir dans des startups, via une plateforme de crowdfunding ;
  • Investir dans des entreprises PME, grâce à des fonds de capital risque (FCPI et FIP).

Consultez notre comparatif pour trouver les meilleures plateformes de crowdfunding. Sachez aussi que ce type d’investissement donne droit à une réduction fiscale !

Une autre façon d’investir auprès des petites entreprises est de leur prêter de l’argent en échange d’intérêts. Cela peut se faire aussi sur les plateformes de crowdfunding.

Investissez dans des domaines forestiers

Les forêts françaises sont des actifs méconnus du grand public. Vous pouvez pourtant investir dans des groupements forestiers très facilement. Le fonctionnement est le même que pour une SCPI.

La forêt est un investissement stable qui vous met à l’abri de la volatilité de la bourse et de l’immobilier. Vous n’en tirerez en revanche pas beaucoup plus que 1 à 2% par an. En revanche, les forêts jouissent de réduction d’impôts très avantageuse. Vous pouvez retrouver tous les détails dans notre guide sur la défiscalisation.