Un secteur boursier est composé d’entreprises qui exercent dans un même champ d’activité. Selon Standard & Poor’s et Morgan Stanley, les principales sociétés cotées sont réparties dans dix secteurs, lesquels sont également subdivisés en segments et sous-segments. Quels sont les principaux secteurs boursiers ? Dans quels secteurs faut-il investir ? On vous dit tout dans cet article. 

La typologie des secteurs boursiers

Les secteurs boursiers se répartissent en 10 catégories. Pour bien appréhender les différents compartiments, on ne peut échapper à une petite liste à la Prévert. Les voici.

Le secteur Industriel

Ce sont les entités dont l’activité principale est l’aérospatiale et la défense, l’outillage de précision et le transport (lignes aériennes, chemins de fer…)

Les technologies de l’information

Ce sont les sociétés qui interviennent dans la technologie, les logiciels et les services.   

Les services financiers

Ce secteur se compose des banques, des assureurs et des sociétés de gestion financières.

Les biens de consommation de détail   

Ce sont les distributeurs de denrées alimentaires, de boissons et de tabac, les détaillants d’aliments et de médicaments et le grandes surfaces

La consommation discrétionnaire

Ce sont les entreprises qui exercent dans le transport routier, les biens durables, l’habillement et les loisirs. 

Les Telecom 

Les entreprises de télécommunication proposent aux acteurs économiques des lignes téléphoniques fixes cellulaires, à large bande passante 

La santé

Ce sont les  entreprises qui fabriquent le matériel et les fournitures de soins de santé. Ce secteur inclut également les entreprises de recherche et développement.

L’énergie 

Il s’agit ici des firmes qui exercent des activités de production, de raffinage et de transport du gaz et du pétrole et des services annexes. 

Les Matériaux

Ce sont les entreprises qui appartiennent aux industries manufacturières et minières (métaux, produits chimiques,matériaux de construction, bois…)

Les services publics

Ce sont essentiellement les sociétés d’électricité, de gaz et des services d’eau. 

Les cycles économiques

Les cycles économiques sont comme les saisons, ils sont inéluctables. Voici leur décomposition.

Temps 1 : Récession

En phase de récession, les banques centrales baissent les taux d’intérêt faire repartir l’économie

Temps 2  : Crise

L’économie se contracte avec une croissance négative. Les taux d’intérêt ont beau être très bas, les actions sont très basses. Le marché est déprimé. C’est le meilleur moment pour un investisseur de faire ses courses sur le marché des actions. Lors de la reprise, les titres financiers et de transport sont les premiers à se redresser. 

Temps 3 : Redressement

La machine économique redémarre doucement et le chômage recule.  Pendant ce temps de redressement, les entreprises de services aux collectivités végètent la plupart du temps.

Temps 4: Expansion

Les banques centrales réhaussent les taux d’intérêt pour juguler les tendances inflationnistes. Dans cette phase, tous les secteurs ont le sourire. Les bénéfices atteignent des sommets et les salaires sont en hausse.

Bien investir avec l’analyse sectorielle

Si vous souhaitez investir sur les marchés, l’analyse sectorielle peut vous aider à analyser les caractéristiques économiques d’un secteur économique. 

Vous devrez envisager les secteurs boursiers en fonction de la conjoncture. afin d’identifier les compartiments les plus porteurs à un instant T, avant d’investir. Cela revient à étudier les caractéristiques des entreprises selon leur positionnement et leurs performances.   

Ceci étant dit, on subdivise les secteurs en segments : les secteurs cycliques et les secteurs non-cycliques.

Les secteurs cycliques

On dira qu’un secteur ou qu’une action est cyclique si son prix est particulièrement sensible aux cycles économiques. Ainsi, dans les périodes fastes, les résultats des sociétés cycliques sont en général au-dessus de la moyenne. En revanche, en cas de retournement brutal, les résultats enregistrent le plus souvent  des pertes, et donc moins de dividendes – avec de forts risques de moins-value ou d’altération du prix de l’action. Les principaux secteurs cycliques sont:

  1. l’automobile
  2. L’aérien
  3. les technologies et l’industrie 

Les secteurs non cycliques 

Une action non cyclique est peu sensible aux variations cycliques de l’économie. Les résultats de ces sociétés sont en général toujours un peu les mêmes. In fine, lors des phases de récession, le non cyclique a le vent en poupe auprès des investisseurs. La crise sanitaire est un exemple flagrant de la résilience des sociétés non cycliques en cas de patinage économique. Parmi les entreprises non cycliques, on retrouve logiquement celles qui agissent sur:

  • les biens de consommation alimentaire
  • les télécoms
  • la santé
  • les services aux collectivités. 

Avant d’investir dans un secteur boursier, vous devrez analyser quelques données de base comme l’offre et la demande (spécificités du marché, nombre de clients, etc…). En outre, vous devrez bien appréhender le cadre réglementaire et la fiscalité qui régissent les différents secteurs boursiers. Ne faîtes pas l’économie non plus, de l’étude des structures des sociétés cibles, l’état de la concurrence, leurs comportements et leurs performances. 

Enfin,  jetez un œil sur leurs stratégies sur le long terme. Tous les secteurs sont intéressants en fonction du moment. Aucun n’est jamais réellement à ostraciser. Fiez-vous à votre culture personnelle, à l’air du temps et à votre intuition avant d’investir. Par exemple, Tesla, l’entreprise d’Elon Musk détient désormais la plus grosse capitale mondiale; ceci pour avoir miser sur le véhicule électrique…CQFD. 

Trois secteurs qui ont le vent en poupe en 2021

Malgré le marasme de 2020 sur les marchés financiers, les experts économiques s’accordent pour une reprise vigoureuse. L’histoire l’enseigne, après chaque rupture, s’ensuit une phase de relance. La crise sanitaire a mis en avant le secteur de la tech et du digital. En outre, les consommateurs souhaitent manger mieux avec l’œil rivé sur les problématiques écologiques. Ainsi, les énergies renouvelables apparaissent comme une aubaine pour donner du sens à ses investissements.

Par ailleurs, l’agriculture de demain permettra également de belles opportunités d’investissement notamment via la Foodtech. Ici, l’objectif est de préserver la planète tout en prévenant le risque de rupture alimentaire. 

Enfin les secteurs du transport et de l’intelligence artificielle vont bouleverser notre quotidien via les voitures autonomes, la robotisation, les neurosciences, les nanotechnologies, etc..

Nous sommes donc à un carrefour technologique, avec des opportunités d’investissement à saisir!