La loi PACTE, entrée en vigueur en 2019, a introduit un nouveau type de placement : le plan d’épargne retraite, ou PER. Ce nouveau PER remplace le PERP et le contrat Madelin. Et, tout comme ces anciens placements retraite, le PER jouit d’une fiscalité très avantageuse puisqu’il vous permet de déduire vos versements de vos revenus et ainsi réduire vos impôts. En outre, contrairement à la précédente version, le PER est plus souple puisque vous n’êtes plus obligé de transformer votre capital en rente viagère. Pour cette raison, le PER est de plus en plus commercialisé dans les réseaux bancaires.

⚠️ Mais attention, le PER n’est pas non plus magique et certains banquiers ont tendance à « oublier » de tout vous dire…

➡️ Alors, faut-il ouvrir un PER ? Et si oui, lequel ? Nous faisons le point dans cet article !

Qu’est-ce qu’un PER (Plan Épargne Retraite) ?

Un Plan Épargne Retraite est un placement dédié à la préparation d’une retraite complémentaire. L’argent que vous versez sur votre compte est bloqué jusqu’à votre départ en retraite. Ensuite, vous avez la possibilité de convertir l’épargne accumulée en rente viagère ou de faire des retraits, on parle dans ce cas de sortie en capital.

Le PER en bref : avantages et inconvénients

Avantages
  • Défiscalisation des versements
  • Fonds à capital garantie pour la sécurité
  • Fonds actions pour la performance
  • Bon outil pour optimiser sa succession
Inconvénients
  • Épargne bloquée jusqu’à la retraite
  • Fiscalité importante à la sortie

Attention aux frais sur le plan d’épargne retraite ! Pour trouver le meilleur PER, rendez-vous ici !

Les différents types de PER

Il n’y a pas un, mais trois types de PER :

  • Le PER Individuel (ou PERIn) : ce PER est accessible à tous et peut être souscrit auprès d’une banque ou d’un courtier en placements. C’est à celui-ci qu’on pense lorsqu’on parle simplement de « PER ».
  • Le PER Collectif (ou PERCol) : le PERCol peut être souscrit par les entreprises. Il est alors ouvert à tous les salariés (sans être obligatoire).
  • Le PER Obligatoire ou Catégoriel (PERCat) : le PERCat est également souscrit par votre employeur. Si tel est le cas, vous avez obligation d’y souscrire. Cependant, il peut ne concerner qu’une catégorie de salariés.

Les PER Individuel, les PER Collectifs et les PER Obligatoires ont globalement un fonctionnement similaire, mais pas identique. Voici leurs principales différences :

PER Individuel PER Collectif PER Catégoriel
Remplace PERP et contrat Madelin PERCO Article 83
Type de versements Volontaire Intéressement, Participation, Abondements employeurs, Compte épargne temps Cotisations obligatoires
Sortie en capital
Oui

Oui
Non
Sortie en rente
Oui

Oui

Oui
Fiscalité à l’entrée Versements déductibles du revenu imposable Versements exonérés d’IR Versements exonérés d’IR
Fiscalité de la sortie en capital – Capital : IR
– Plus-values : PFU
– Capital : Exonérés d’IR
– Plus-values : Exonéré d’IR
Fiscalité de la sortie en rente IR après abattement de 10% IR après abattement de 30 à 70%** IR après abattement de 10%
Tableau comparatif des PER Individuels, collectifs et catégoriels.
IR = Impôt sur le revenu. PFU = prélèvement forfaitaire unique (ou flat taxe) à savoir 12,8% d’impôt et 17,2% de prélèvements sociaux.
** en fonction de l’age du titulaire au versement de la première rente.

Notez que vous pouvez aussi faire des versements volontaires dans un PER d’entreprise, mais dans ce cas, cela ira dans un compartiment « individuel ». Autrement dit, tous les versements volontaires auront le même le régime fiscal que celui du PER Individuel.

➡️ Dans la suite de cet article, nous nous concentrons sur le PER Individuel.

Dans quoi investit-on avec un PER ?

Les supports d'investissement du PER
Les supports d’investissement du PER

Le Plan Épargne Retraite fonctionne comme une assurance-vie ou un compte-titres (selon qu’il s’agisse d’un PER assurantiel ou d’un PER bancaire). Le PER n’est donc qu’une enveloppe fiscale au sein de laquelle vous pouvez réaliser toute sorte d’investissements ; c’est le « contenant ».

Coté « contenus », on fait la distinction entre le fonds en euros et les unités de compte (comme dans l’assurance-vie) :

  • Le fonds en euro est un fonds dont le capital est garanti, mais dont le rendement est faible.
  • Les unités de compte sont tous les supports non garantis. A savoir :

A ce stade, si le choix des supports vous semble compliqué, n’ayez pas d’inquiétude, tous les PER intègrent dans leur offre une gestion pilotée : dans ce cas, c’est le gestionnaire du contrat qui choisit la combinaison des supports en fonction de vos besoins.

Sinon, on vous donne aussi nos conseils pour bien gérer votre plan plus bas dans l’article. ⤵️

Comment souscrire à un PER ?

Tout le monde peut ouvrir un ou plusieurs PER. Contrairement aux anciens contrats de retraite Madelin, le PER n’est pas réservé aux professions libérales et aux indépendants.

Vous pouvez souscrire à un plan d’épargne retraite auprès de votre banque, mais nous recommandons vivement de privilégier les PER en ligne, à ouvrir auprès d’un acteur spécialisé. On vous donne nos PER préférés un peu plus bas !

Versements et sorties : les deux phases du PER

Le PER est prévu pour fonctionner en deux phases :

  • une phase d’épargne, lors de laquelle vous pouvez faire des versements à votre rythme ;
  • une phase de retraite, lors de laquelle vous pouvez transformer votre capital en rente viagère ou faire des retraits, selon la modalité de sortie choisie.

⚠️ Mais attention, votre épargne est bloquée jusqu’à la retraite ! C’est malheureusement l’un des principaux défauts du PER. Il existe toutefois des cas de sortie anticipée dont nous parlerons juste après.

Les deux phases du PER
Les deux phases du PER

Notez que vous n’êtes pas obligé de dénouer votre PER le jour de votre départ en retraite.

La sortie en capital

La sortie en capital est la plus souple : vous faites des retraits à votre rythme, selon vos besoins. Vous pouvez donc faire des retraits fractionnés et n’êtes pas obligé de retirer la totalité de votre épargne d’un seul coup.

Vous n’êtes pas obligé de faire de retraits dès lors que vous êtes à la retraite. Vous pouvez même continuer à alimenter votre PER plusieurs années après et continuer à déduire les versements de votre revenu imposable.

La sortie en rente viagère

La sortie en rente permet de transformer votre épargne en revenu mensuel régulier jusqu’à votre décès. Avec la rente, l’assureur s’engage à vous verser un montant fixe jusqu’à votre décès.

➡️ Le montant de la rente dépend :

  • du capital accumulé ;
  • de votre année de naissance et de l’âge auquel vous décidez de dénouer votre PER ;
  • d’un ensemble de paramètres techniques (taux technique, table de mortalité retenu, options de réversions choisies)
  • et des frais de rente (généralement entre 1 et 3% selon le contrat).

Voici à titre purement illustratif la rente que vous pourriez obtenir avec un capital de 100000 € :

Age à la conversion Rente mensuelle
60 ans 240 €
65 ans 275 €
70 ans 325 €
75 ans 395 €
80 ans 500 €
Ordre de grandeur d’une rente mensuelle pour un capital de 100 000 € en fonction de l’âge de conversion.

Notez qu’à partir du moment où vous transformez votre plan d’épargne retraite en rente, votre décès n’entraînera pas le versement d’un capital à vos héritiers, et ce même si le cumul des rentes n’atteint pas le montant de votre épargne.

Prenons l’exemple extrême suivant : vous transformez 100 000 € en une rente mensuelle de 275€. Si vous décédez le mois suivant, les 999 725 € restants iront dans la poche de l’assureur…

➡️ Pour éviter cette situation, vous pouvez choisir une option de réversion, qui permet de désigner une personne qui continue de toucher votre rente après votre décès. Mais cela a un coût non négligeable (qui dépend de l’âge du bénéficiaire choisi).

Hugo
Les conseils de Hugo

Le calcul de la rente est, de mon point de vue, peu avantageux. Par ailleurs, une fois transformé en rente votre capital ne travaille plus, ce qui est particulièrement problématique face à l’inflation. Sauf cas particuliers, nous privilégions donc la sortie en capital qui est plus souple et qui permet de faire fructifier votre épargne plus longtemps.

Les cas de sortie anticipée

Cas de sortie anticipés du PER

✅ Il est possible de « casser » son plan épargne retraite avant votre départ à la retraite. Plusieurs cas de sorties anticipées sont envisageables :

  • l’achat de votre résidence principale ;
  • un accident de la vie et plus précisément les cinq cas suivants :
    • décès du conjoint (marié ou pacsé),
    • invalidité du titulaire ou d’un enfant ou du conjoint (marié ou pacsé),
    • fin des droits d’allocation-chômage,
    • situation de surendettement,
    • cessation d’activité suite à une liquidation professionnelle.

En cas d’accident de la vie, le capital récupéré ne sera pas soumis à l’impôt. Le PER joue donc le rôle d’une assurance contre les accidents de la vie : vous défiscalisez à l’entrée et n’êtes pas taxée à la sortie si jamais cela devait vous arriver.

Défiscalisez vos versements avec le PER

Détaillons désormais le gros avantage du PER : vous pouvez déduire vos versements de vos revenus imposables et ainsi réduire vos impôts.

Le plafond de déduction de l’épargne retraite

Commençons par remarquer que la déduction est limitée par le plafond de l’épargne retraite.

Si vous êtes salarié, ce plafond est égal au plus élevé des deux montants suivants :

  • 10% de vos revenus professionnels, dans la limite d’une déduction de 32 909 € ;
  • ou 10% du PASS (Plafond annuel de la sécurité sociale) soit 4 114 €.

Si vous êtes indépendant :

  • 10% des bénéfices imposables, dans la limite d’une déduction de : 32 909 € + 15% de la fraction de votre bénéfice compris entre 41 136 € et 329 088 € ;
  • ou 4 114 € + 15% du bénéfice imposable compris entre 41 136 € et 329 088 €, si ce montant est plus élevé.

La déduction se fait sur les revenus de l’année en cours et le plafond est calculé sur le montant de vos revenus nets de frais professionnels et de cotisations sociales de l’année précédente.

👍 Nul besoin de vous faire des nœuds au cerveau, le fisc fait le calcul chaque année et indique votre plafond de déduction sur votre feuille d’imposition de l’année précédente, en page 3 :

Extrait d'un avis d'imposition sur les revenus de 2020, avec le plafond de déduction total de l'épargne retraite applicable pour 2021.
Extrait d’un avis d’imposition sur les revenus de 2020, avec le plafond de déduction total applicable pour 2021.

A savoir : les fractions du plafond non utilisées durant les trois années précédentes s’ajoutent au plafond de l’année en cours (comme dans l’exemple ci-dessous). Pensez-y lorsque vous ouvrez un PER pour la première fois !

Pour quelle réduction d’impôt ?

Les versements effectués sur votre PER réduisent le montant de votre revenu imposable (et non directement le montant de votre impôt).

➡️ Pour calculer la réduction d’impôt subséquente, il faut avant tout identifier le taux de votre tranche marginale d’imposition, puis multiplier ce taux par le montant de votre versement.

Prenons l’exemple d’un épargnant célibataire et sans enfant. Le tableau ci-dessous donne la réduction d’impôt maximale pour différents niveaux de revenus :

Revenus imposables Tranche marginale d’imposition Plafond de versement Réduction d’impôt
10 000 € 0 0€ 0€
20 000 € 11% 4 052 € 446 €
50 000 € 30% 5 000 € 1 500 €
100 000 € 41% 10 000 € 4 100 €
200 000 € 45% 20 000 € 9 000 €
500 000 € 45% 32 909 € 14 809 €
Exemple de calcul de réduction d’impôt pour un célibataire sans enfants à charge en supposant que le versement égalise le plafond.

En effet, avec 100 000 € de revenus, cet épargnant est imposé à la tranche marginale de 41%. Son plafond de versement est égal à 10 000 € par an (10% des revenus). Ce qui donne bien une économie d’impôt de 4 100 €.

Si vous êtes marié, PACSé, ou si vous avez des enfants à charge, il faudra tenir compte du quotient familial dans le calcul.

Comment déclarer vos versements ?

Lors de votre déclaration d’impôt pour l’année N (en mai de l’année N+1), vous allez renseigner le montant des versements sur votre PER effectués dans l’année N dans la case 6NS en indiquant la somme épargnée l’année N sur le PER :

« cotisations versées sur les nouveaux plans d’épargne retraite, déductibles du revenu global »

Fiscalité du PER à la sortie

Une fois à la retraite, vos rentes ou vos retraits sont soumises à imposition.

La fiscalité de la rente

La rente viagère du plan d’épargne retraite est imposée au « régime des rentes à titre gratuit » et aucune distinction n’est faite entre les plus-values et les versements. Les rentes sont donc taxées :

  • à l’impôt sur le revenu après un abattement de 10% ;
  • aux prélèvements sociaux à hauteur de 17,2%.

La fiscalité de la sortie en capital

En cas de sortie en capital, il faut distinguer la part des retraits qui correspondent aux plus-value et celles qui correspondent aux versements :

  • les plus-values sont soumises à la flat tax (c’est la punition habituelle des revenus du patrimoine
    • 12,8% au titre de l’impôt
    • et 17,2% au titre des prélèvements sociaux ;
  • les versements sont taxés :
    • à l’impôt sur le revenu (et donc à la tranche marginale au moment du retrait)
    • mais sont exonérés de prélèvements sociaux.

➡️ Ici, on voit donc que le PER permet de décaler la fiscalité dans le temps. Au lieu d’être fiscalisé pendant votre activité, le capital sera fiscalisé lors de votre retraite, à un moment où vos revenus seront moindres et votre fiscalité aussi !

Fiscalité des sorties anticipées

La sortie anticipée pour l’achat d’une résidence principale est soumise au même régime que la sortie en capital. La fraction correspondant à vos versements réintègre donc vos revenus imposables.

🚨 Vous devez l’avoir en tête car en cassant votre PER vous risquez de passer une tranche marginale supérieure et donc payer plus d’impôts que ce que vos versements vous ont fait économiser !

✅ Par contre en cas d’accident de la vie, vous êtes exonérés d’impôt sur le revenu. Vous ne payez que le 17,2% de charges sociales sur les plus-values.

Tableau récapitulatif de la fiscalité du PER en cas de sortie

Fiscalité Sortie en capital Sortie en capital pour accident de la vie Sortie en rente
Imposition du capital Barème de l’impôt sur le revenu 0 Barème de l’impôt sur le revenu après abattement de 10%
Prélèvements sociaux sur le capital 0 0 17,2%
Imposition des plus-values 12,8% 0 Barème de l’impôt sur le revenu après abattement de 10%
Prélèvements sociaux sur les plus-values 17,2% 17,2% 17,2%
Récapitulatif de la fiscalité en cas de sortie du PER Individuel

Notez que vous pouvez réaliser des versements non déductibles. Dans ce cas vous ne défiscalisez pas à l’entrée et vous n’êtes pas imposé à la sortie (sauf sur le plus-value). Pour plus de détails, retrouvez notre article sur la fiscalité du PER ici !

Attention à ce que votre banquier ne vous dit pas

PER : ce que votre banquier ne vous dit pas

⚠️ Les réseaux bancaires et quelques conseillers en gestion de patrimoine peu scrupuleux ont tendance à omettre certains éléments lorsqu’ils vous incitent à ouvrir un PER.

➡️ Voici les pièges à éviter :

  1. Ayez conscience que la « défiscalisation » du PER est en réalité un décalage dans le temps de la fiscalité. Ainsi, si vous êtes en début de carrière et si vous avez des enfants à charge, votre tranche marginale d’imposition à votre retraite (et après le départ de vos enfants) ne sera pas nécessairement inférieure à votre tranche actuelle. Dans ce cas, un PEA ou une assurance-vie seront plus appropriés.
  2. Casser votre PER pour acquérir votre résidence principale est rarement une bonne idée. Le PER étant bloqué, l’argument de pouvoir le dénouer pour acquérir sa résidence principale est souvent avancé pour rassurer les investisseurs. C’est certes vrai, mais dans ce cas la fiscalité est punitive puisque vous allez gonfler votre imposition d’un coup l’année du dénouement.
  3. Non, les frais d’entrée ne sont pas les seuls frais du PER. Le conseiller habile vous fera parfois cadeau des frais d’entrée. Mais savez-vous que les frais les plus élevés sont rarement affichés aux clients ? Je veux parler des frais des supports d’investissement, qui peuvent parfois dépasser 2% par an et dont une partie et redistribuée à la banque ou au conseiller. Pour éviter ces frais, il convient donc de choisir un bon PER et les bons supports d’investissement.

Par ailleurs, sachez que les bons PER sont rarement ceux des banques de réseaux. On vous explique comment choisir un bon PER tout de suite ⤵️

Comment choisir un PER ?

Pour bien choisir votre PER, vous devez analyser plusieurs critères. Voici les plus important :

  • Les frais :
    • oubliez les contrats avec des frais d’entrée et des frais d’arbitrage, vous pouvez en trouver facilement sans sur internet ;
    • vérifiez que les frais de gestion du contrat sont inférieurs à 0,85% (moyenne observée sur le marché) ;
    • si vous souhaitez transformer votre capital en rente, les frais de rente sont aussi à examiner.
  • L’univers d’investissement :
    • on l’a vu dans la partie précédente, les frais les plus importants sont ceux des supports d’investissement. Or, certains supports appelés ETF ont des frais très faibles. Les ETF (Exchange Trader Fund) répliquent la performance d’indices boursiers comme le CAC 40 et coûtent de l’ordre de 0,3%, contre 1 à 2,5% par an pour les fonds d’investissement traditionnels. Nous vous recommandons donc de privilégier les PER qui proposent des ETF.
    • la qualité et le rendement du fonds en euros sont également importants, surtout sécuriser votre placement à votre retraite
    • la possibilité de souscrire à des supports immobiliers est un plus, car ils permettront de diversifier et de sécuriser votre contrat tout en assurant des rendements non négligeables.
  • La qualité de la gestion pilotée (si c’est le mode de gestion que vous souhaitez mettre en place) : privilégiez les gestions pilotées à base d’ETF pour les mêmes raisons que celles avancées précédemment.
  • Enfin, la qualité de l’assureur, la réactivité du service client et la qualité de leurs conseillers sont des éléments moins objectifs mais non moins importants.

Nous avons réalisé un comparatif des meilleurs PER sur la base de ces critères ; voici notre sélection. ⤵️

Les meilleurs plans d’épargne retraite

Les meilleurs PER en gestion libre

Voici une sélection de deux PER sans frais d’entrée, des frais de gestion très faibles, une offre de supports diversifiés et deux bons fonds en euros.


Linxea Spirit PER

Linxea Spirit PER

Un excellent PER aux frais réduits et supports diversifiés


  • Fonds euros : 1,65% en 2021
  • Versement minimal : 500 €
  • 0 frais d’entrée
  • 0 frais d’arbitrage
  • ETF
  • SCPI/SCI
  • OPCI
Voir plus !

150 € offerts


PER Placement Direct

PER Placement Direct

Un fonds euro boosté et une belle gamme de supports d’investissement !


  • Fonds euros : 1% à 2,90% en 2021
  • Versement minimal : 900 €
  • 0 frais d’entrée
  • 0 frais d’arbitrage
  • ETF
  • SCPI/SCI
  • OPCI
Voir plus !

500 € offerts (max)


Les meilleurs PER en gestion pilotée

Voici deux PER avec une gestion pilotée à base d’ETF, une interface simple et intuitive, un accompagnement réactif et des conseillers expérimentés.


Nalo

Nalo

Une gestion pilotée sur-mesure et des frais réduits !


  • Fonds euros : 1% en 2021
  • Versement minimal : 1000 €
  • 0 frais d’entrée
  • 0 frais d’arbitrage
  • ETF
  • Gestion pilotée
Voir plus !

500 € offerts


Yomoni

Yomoni

Une gestion pilotée 100% ETF


  • PER sans fonds euros
  • Versement minimal : 1000 €
  • 0 frais d’entrée
  • 0 frais d’arbitrage
  • ETF
  • Gestion pilotée
Voir plus !

350 € offerts (max)


Transférer votre PER

✅ Vous pouvez transférer votre PER d’un établissement financier à l’autre sans limite. Cela peut toutefois entraîner des frais selon ce qui est inscrit dans votre contrat actuel.

Vous pouvez aussi transférer un PERP et un contrat Madelin vers un PER sans frottement fiscal.

Enfin, jusqu’au 31 décembre 2022, vous pouvez aussi transformer un contrat d’assurance-vie en PER. Dans ce cas, le montant de votre assurance-vie sera considéré comme un versement volontaire et sera éligible à la déduction fiscale (dans la limite du plafond décrit plus haut).

➡️ Est-ce une bonne idée ?

  • oui, cela peut être l’opportunité de troquer une assurance vie médiocre pour un excellent PER (voir plus bas) ;
  • et cela peut aussi être une façon de maximiser la défiscalisation si vous n’avez pas les liquidités nécessaires pour atteindre le plafond.

Néanmoins, il me paraît indispensable de conserve une assurance vie dans votre patrimoine !

Comment bien gérer votre PER ?

La particularité du PER est de s’inscrire dans le long terme. Il sera donc essentiel d’adapter votre gestion au cours du temps. En effet, les supports d’investissement à privilégier ne seront pas les mêmes selon que vous avez 40, 60 ou 80 ans. Ainsi :

  • en phase d’épargne : vous valorisez un capital sur le long terme, vous devez donc privilégier la performance. Pour cela, rien de tel que de miser sur les actions d’autant plus que la volatilité des marchés financiers ne sera pas un problème sur un horizon de plusieurs dizaines d’années.
  • en phase de retraite : la priorité sera de générer un revenu stable et régulier. Il faudra donc progressivement réduire les fluctuations de votre allocation d’actifs. Pour cela vous pouvez compter sur le fonds en euros, les supports immobiliers (pierre papier) et les ETF obligataires.

Par ailleurs, veillez à bien diversifier votre portefeuille d’investissement, notamment avec une allocation internationale. C’est d’ailleurs là un des autres avantages des ETF. Avec un ETF MSCI World, par exemple, vous investissez d’un seul coup dans plus de 1500 entreprises à travers le monde !

Exemple d’allocations types

Voici un exemple d’allocations types pour illustrer la façon dont vous pouvez sécuriser votre plan d’épargne retraite au cours du temps.

à 40 ans à 60 ans à 80 ans
ETF actions 80% 60% 20%
ETF obligataires 10% 15% 20%
SCPI / SCI 0% 10% 30%
Fonds en euros 10% 15% 30%
Rendement moyen attendu 8% 6% 4%
Exemple de répartition des supports d’investissement d’un PER en fonction de votre âge et le rendement moyen attendu d’un tel placement.

La gestion pilotée

Choisir vous-même les supports d’investissement peut s’avérer stressant et chronophage. Si vous voulez vous épargner cette tâche, il suffit de souscrire à la gestion pilotée (ou gestion sous mandat) de votre PER. La loi impose d’ailleurs que tout plan d’épargne retraite propose la gestion pilotée par défaut.

La gestion pilotée du PER est une gestion dite « à horizon ». L’allocation dépend donc de deux critères :

  • votre profil investisseur (prudent, modéré, dynamique…etc.) ;
  • et votre âge.

✅ Comme dans mon exemple précédent, votre portefeuille sera donc progressivement sécurisé au fil du temps, quel que soit le profil choisi et sans que vous n’ayez besoin d’intervenir ; voilà de quoi dormir sur vos deux oreilles.

Malgré tout, la gestion pilotée peut entraîner des frais supplémentaires, pour éviter cet écueil, privilégiez les contrats cités plus hauts. ⤴️

Que se passe-t-il lors de votre décès ?

Si vous êtes détenteur d’un PER au moment de votre décès, plusieurs cas de figure sont à envisager :

  1. Vous avez transformé votre capital en rente :
    • Si vous n’avez pas choisi d’option de réversion, le versement de la rente s’arrête et aucun capital n’est transmis à vos héritiers.
    • Si vous avez choisi une option de réversion, alors la rente réversible est versée à votre bénéficiaire.
  2. Vous n’avez pas transformé votre capital en rente :
    • Si votre décès intervient avant vos 70 ans, votre capital est transmis hors successions avec le même régime successoral que l’assurance vie ; ce qui est extrêmement avantageux.
    • Si votre décès intervient après 70 ans, votre capital est transmis à vos héritiers avec tout de même un abattement de 30 500 euros.

Par ailleurs, à votre décès, les économies d’impôts réalisées sont définitivement acquises. Elles ne sont pas dues par vos héritiers.

✅ Le PER est donc un excellent moyen d’optimiser la transmission de votre patrimoine, à condition toutefois de ne pas le dénouer en rente ! On vous en dit plus sur la succession du PER ici.

Conclusion : quand faut-il ouvrir un PER ?

Par rapport à un compte titre, un PEA ou une assurance-vie, l’avantage du PER est de pouvoir déduire ses versements de son assiette imposable. Il faut néanmoins garder en tête que les sommes déduites seront taxées à la sortie. Pour que le PER soit très avantageux il faut que votre imposition soit plus élevée au moment des versements qu’au moment de la retraite (ce qui n’est pas très difficile dans la mesure où le taux de remplacement des retraites en France est généralement compris entre 50% et 70% de vos revenus).

Il existe toutefois des situations où la question ne se pose même pas tellement le PER sera avantageux :

  • Vous êtes imposé à la tranche marginale de 41 ou 45% : le gain fiscal sera important et vous pourrez capitaliser sur des revenus que le fisc ne vous prend pas.
  • Vous êtes travailleur indépendant ou en profession libérale : dans ce cas votre retraite sera très probablement maigre et le gain fiscal sera d’autant plus intéressant.
  • Vous avez plus de 45 ou 50 ans : dans ce cas, il est fort probable que votre imposition soit au summum. En outre, vous n’aurez pas à attendre trop longtemps avant de débloquer votre argent.

Notez toutefois que le PER reste avantageux pour les jeunes actifs imposés à 30%, mais il sera sans doute judicieux de le combiner avec une assurance-vie ou un PEA, lesquels présentent l’avantage de ne pas être bloqués.

On vous aide à trouver les meilleures assurances vie ici et les meilleurs PEA là.

Questions fréquentes

Où ouvrir un PER ?

Vous pouvez ouvrir un PER auprès d’une banque traditionnelle. Cependant, nous vous conseillons plutôt d’opter pour un courtier en ligne, vous aurez ainsi des frais bien plus faibles. Pour trouver les meilleurs PER, consultez notre comparatif !

Les déductions du PER entrent-elles dans le plafonnement global des niches fiscales ?

Non, les déductions fiscales obtenues grâce à vos versements dans un PER n’entrent pas dans le plafonnement global des niches fiscales. En revanche, le montant déduit est plafonné à 10% du montant de votre revenu imposable.

Peut-on avoir plusieurs PER ?

Oui vous pouvez avoir plusieurs PER. En revanche, cela ne vous permet pas de dépasser le plafond de déduction fiscale.

Le PER est-il plafonné ?

Non, le PER n’est pas plafonné.

Le PER est-il un succès commercial ?

Lorsque le gouvernement a lancé le nouveau PER, il s’était fixé un objectif de 3 millions de détenteurs avant la fin de l’année 2022. 
Cet objectif a été atteint au courant de l’année 2021, ce qui, du point de vue de Bercy est un succès. Néanmoins, une grande partie des PER comptabilisés sont issus de transfert de PERCO, PERP et de contrats Madelin.

Quels sont les autres moyens de réduire ses impôts ?

Le PER est une solution parmi d’autres pour réduire votre fiscalité. D’autres investissements financiers permettent de réduire vos impôts : investissement dans des PME, SOFICA, Loi Pinel, Loi Denormandie, etc. On vous en dit plus sur tous les dispositifs de défiscalisation ici !

Le PER est-il un produit pour senior uniquement ?

Le PER est indiscutablement un excellent placement pour les seniors, mais pas seulement ! Si vous payez beaucoup d’impôts, vous pouvez aussi profiter du PER pour réduire la facture. Gardez toutefois en tête que le PER est bloqué jusqu’à votre retraite. Il est donc recommandé de l’associer à une bonne épargne de précaution ainsi qu’une assurance vie et un PEA.

Qu’est-ce que la loi PACTE ?

La loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) est une loi promulguée en mai 2022. Elle entérine deux changements intéressants pour votre épargne :
– la création du PER ;
– la possibilité de transférer votre assurance vie au sein d’une même compagnie d’assurances.