Le CAC 40 est l’indice boursier de référence en France. Il est composé des 40 plus grosses capitalisations boursières cotées à la bourse de Paris. L’évolution du CAC reflète donc la performance boursière des principales multinationales françaises. Cependant, il ne tient pas compte des dividendes, contrairement au CAC 40 GR.

La composition de l’indice est déterminée par Euronext Paris. Comme la plupart des grands indices boursiers, le CAC 40 est pondéré proportionnellement à la capitalisation boursière de chaque entreprise (avec quelques subtilités qu’on détaille plus bas).

Pour bien identifier l’indice, sachez que le code ISIN du CAC 40 est le FR0003500008, son ticker est le PX1. Quant au CAC 40 GR, il s’agit des codes QS0011131834 et PX1GR.

Historique de performance du CAC 40 et du CAC 40 GR

Le CAC 40 a été créé le 31 décembre 1987, avec une valeur initiale de 1000 points. Début 2021, sa valeur était de 5 600 points, après être passé par un plus haut historique à 7 000 points en 2000.

Depuis sa création, la performance annuelle de l’indice a été de 5,37%. Sa progression peut sembler faible par rapport aux autres indices boursiers internationaux. Mais attention, le CAC 40 ne tient pas compte des dividendes versés par les entreprises !

Pour connaître sa performance réelle, il faut regarder le CAC 40 GR pour Growth Return, lequel réinvestit les dividendes. Le CAC 40 GR valait presque 16 000 points début 2021, soit une performance annuelle moyenne de 8,7% par an ! Le graphique ci-dessous montre la différence d’évolution entre les deux indices depuis 2009.

Performance historique de long terme du CAC 40 et du CAC 40 GR. Les données précédant 1987 sont celles de l’INSEE, portant sur l’évolution de la bourse de Paris. Valeur initiale : 260 en 1989 ; 1000 en 1987.

Chaque année, les dividendes apportent un tiers de la performance du CAC 40 GR et l’on voit bien, sur le graphique, les conséquences positives sur le long terme.

La performance de 8,7% du CAC 40 GR est associée à une volatilité de plus de 21%. C’est significativement plus que l’indice européen Stoxx 600 dont la volatilité historique est de l’ordre de 17%. Le CAC 40 est donc plus risqué et la comparaison plaide pour une plus large diversification.

À ce propos, examinons les performances de ces cinq dernières années (au 31 mars 2021 ; Net Return en euros) :

  • Actions françaises (CAC 40 GR) : 60%, soit 9,8% par an en moyenne
  • Actions suisses (SMI) : 65%, soit 10, 5% par an en moyenne
  • Actions allemandes (DAX) : 47%, soit 8,01% par an en moyenne
  • Actions néerlandaises (AEX) : 80%, soit 12,47% par an en moyenne
  • Actions américaines (S&P 500) : 100% soit 14,8% par an en moyenne

Si les actions françaises n’ont pas à rougir de leurs voisines, on note tout de même des différences significatives, qui peuvent aller du simple au double sur une durée aussi courte que 5 ans.

Un portefeuille bien diversifié sera donc moins risqué et plus performant !

Comment investir dans le CAC 40 ?

Si vous souhaitez investir dans le CAC 40, vous pouvez reconstituer l’indice boursier en investissant dans les 40 entreprises qui le composent. Mais il y a plus simple ! Vous pouvez utiliser un ETF sur le CAC 40 (on vous en donne une sélection ici).

Un ETF (ou tracker) est un fonds d’investissement coté en bourse, qui réplique la performance d’un indice boursier. C’est donc un panier d’actions que vous pouvez acheter et vendre en une seule fois.

L’avantage principal des ETF, c’est qu’ils ont des frais de gestion minimes. Notez aussi que les ETF intègrent bien les dividendes, soit en vous les reversant, soit en les réinvestissant directement dans le fonds. Et pour profiter d’une fiscalité avantageuse, sachez que vous pouvez investir dans des ETF via un PEA ou une assurance-vie.

Les ETF sont certainement le meilleur choix si vous souhaitez investir sur le long terme, avec la volonté de mettre en place une gestion passive. Mais ce n’est pas la seule solution.

Pour une prise de position à court terme, vous pouvez aussi utiliser des futures sur indices et des CFD. Ces produits dérivés vous exposent à l’évolution de l’indice et vous permettent d’obtenir un effet de levier. Bien entendu, c’est une approche intrinsèquement plus risquée et plus hasardeuse. À moins d’avoir une excellente maitrise de ces produits, nous vous la déconseillons.

Vous souhaitez mettre en place une stratégie d’investissement efficace ? Retrouvez notre guide pour investir en bourse étape par étape.

Quelles sont les alternatives au CAC 40 ?

La capitalisation boursière du CAC 40 est légèrement inférieure à 2 000 Mds d’euros. C’est moins que la valeur d’Apple et à peine plus que celle d’Amazon. À l’échelle du globe, le CAC 40 ne pèse que 3%. Cela n’aurait donc pas de sens de s’y limiter pour gérer vos placements boursiers.

Les indices européens

L’Euro Stoxx 50 et l’Euro Stoxx 600 sont les deux principaux indices européens. Ils sont composés des 50 et des 600 plus grosses capitalisations boursières du continent. Ces indices sont donc plus diversifiés que le CAC 40, ce qui vous protège des risques politiques franco-français.

De notre point de vue, dans un portefeuille de gestion indicielle, vous devriez privilégier le Stoxx 600.

Nous vous recommandons de ne pas vous limiter au CAC 40 afin de bien diversifier vos investissements. On vous en dit plus dans notre guide pour construire un portefeuille d’ETF.

CAC PME et SBF 120

Suite au lancement du PEA PME, la bourse de Paris a créé un indice composé de PME françaises éligibles : le CAC PME. Il existe aussi des ETF CAC PME qui vous permettent d’investir facilement au sein de votre PEA PME. Cela permet de profiter l’avantage fiscal fourni par cette enveloppe (si votre PEA est déjà plein).

Le SBF 120 est constitué des 120 plus grandes entreprises françaises. Il sert généralement de référence pour l’éligibilité d’une entreprise au SRD (qui permet d’investir avec un effet de levier ou de vendre à découvert). Il n’existe pas d’ETF répliquant cet indice. Par contre, vous trouverez un ETF CAC Mid 60 chez Lyxor, qui permet de s’exposer aux sociétés de plus petites capitalisations boursières, lesquelles ont statistiquement une meilleure performance.

Quelles est la composition du CAC 40 ?

La pondération du CAC 40

La pondération de l’indice est mathématique : le poids de chaque société est proportionnel à la capitalisation boursière flottante. C’est-à-dire, proportionnel à la valeur des actions qui sont cotées en bourse. En effet, toutes les actions d’une société cotées ne se négocient pas nécessairement en bourse, certaines peuvent être détenues à titre privé, par les fondateurs ou leur famille, par des fonds d’investissement ou même l’État. Par exemple, environ 80% du capital de Peugeot est détenu à titre privé, dont un peu plus de 10% est encore dans les mains de la famille Peugeot.

Le fait que seul le flottant soit utilisé distord légèrement le poids de la société dans l’indice. La pondération de Peugeot est, par exemple, significativement inférieure à ce qu’elle serait si la totalité de ses actions étaient en bourse.

Qui rentre et qui sort ?

La composition de l’indice est revue tous les trimestres par un comité indépendant, appelé « Conseil Scientifique des Indices« . Ce conseil analyse les principales actions cotées sur Euronext Paris au regard de plusieurs critères, parmi lesquels :

  • la capitalisation boursière ;
  • le chiffre d’affaires de la société ;
  • la liquidité du titre ;
  • le volume d’échange.

Plusieurs règles quantitatives permettent alors au Conseil Scientifique des Indices (CSI) de remplacer une société du CAC 40 par une autre, choisie dans le CAC Next 20. Reste que la décision finale revient au CSI qui tente aussi d’apprécier la pérennité des changements dans l’indice pour éviter les permutations trop fréquentes. Notez que la liste des membres du Conseil n’est pas publique, l’objectif étant d’éviter les délits d’initiés et l’influence des quelques entreprises qui pourraient gagner beaucoup à intégrer l’indice.

Alstom est la dernière entreprise à faire son entrée dans le CAC 40 (ou plutôt à y revenir). L’industriel a remplacé Accor, le 21 septembre 2020. Le groupe hôtelier n’a pas tenu choc de la Covid-19.

Répartition sectorielle du CAC 40

L’indice français est dominé par le secteur des biens de consommation en grande partie grâce aux marques de luxe. Viennent ensuite l’industrie et la finance.

Le graphique ci-dessous donne la distribution de l’indice par secteur.

Répartition sectorielle du CAC 40.
Réparation sectorielle des entreprises du CAC 40

Les stars du CAC 40

Parmi les entreprises au sommet de l’indice, on retrouve les stars françaises du Luxe, mais pas seulement. Plus précisément :

  • LVMH, Hermès et Kering sont les fleurons du luxe français. Ces trois entreprises font partie des plus grosses lignes du CAC 40.
  • L’Oréal, spécialiste mondiale des cosmétiques est en deuxième position dans le CAC 40 et représente 10% du poids total de l’indice.
  • Total a longtemps été en tête du CAC 40. Le pétrolier français pèse désormais un peu moins de 5% dans l’indice et se situe à la 6ème place.

La liste complète des entreprises du CAC 40

Société Poids dans l’indice
LVMH 13,79%
L’Oréal 10,60%
Sanofi 6,76%
Hermès International 5,79%
Kering 4,47%
Total 4,44%
Schneider Electric 4,07%
Air liquide 4,04%
Airbus 3,26%
Essilor 3,17%
Vinci 2,75%
Dassault Systèmes 2,63%
BNP Paribas 2,55%
Pernod Ricard 2,54%
Safran 2,44%
Axa 2,26%
Danone 2,20%
Vivendi 1,97%
Engie 1,73%
Orange 1,63%
STMicroelectronics 1,61%
Crédit agricole 1,33%
Saint-Gobain 1,17%
Legrand 1,16%
Capgemini 1,11%
Michelin 1,10%
Teleperformance 1,03%
Groupe PSA 0,97%
Thales 0,83%
ArcelorMittal 0,81%
Worldline 0,78%
Carrefour 0,76%
Bouygues 0,70%
Société générale 0,66%
Veolia 0,62%
Alstom 0,59%
Publicis Groupe 0,48%
Atos 0,43%
Renault 0,43%
Unibail-Rodamco-Westfield 0,31%
Liste des entreprises du CAC 40 à fin 2020