Qu’est-ce qu’un compte-titres ordinaire ?

Un compte-titres est un compte bancaire au sein duquel vous pouvez acheter des titres financiers :

  • actions ;
  • obligations ;
  • fonds d’investissement (OPCVM) ;
  • ETF ou trackers ;
  • produits dérivés.

Il s’agit donc d’un compte qui permet de faire des placements boursiers. On parle de comptes-titres ordinaires en opposition avec le PEA (Plan Épargne en actions), qui est un compte-titres dédié aux actions européennes.

Comment ouvrir un compte-titres ?

Vous pouvez ouvrir un compte-titres auprès d’une banque, d’une banque en ligne ou auprès d’un courtier en bourse. Contrairement au PEA, vous pouvez avoir autant de compte-titres que vous le souhaitez.

Il est aussi possible de transférer un compte-titres d’un établissement à l’autre. Vous évitez ainsi de vendre vos valeurs mobilières en changeant de banque ou de courtier : cela permet d’éviter la fiscalité sur les plus-values.

Comparatif : les meilleurs comptes titres

Nous vous recommandons d’ouvrir un compte-titres auprès d’un courtier spécialisé. Leurs frais sont plus faibles et l’univers d’investissement souvent plus vaste. Les banques en ligne proposent aussi des comptes-titres mais les frais y sont plus élevés. En revanche, évitez à tout prix le compte-titres de votre banque traditionnelle !

Les courtiers spécialisés

Voici les deux meilleurs compte-titres de courtiers spécialisés.

Nom du courtierProduits disponibleFrais de courtageFrais de changeNotre avis
1/DegiroActions, obligations, ETF (trackers), Fonds, Turbos, Warrants, Futurs, Vente à découvert et SRD–Euronext paris : 0,04%
– US : 0,5€ + 0,004$ par action
– Autres : 4€ + 0,04%
0,10%Degiro est un broker universel que nous recommandons fortement pour la grande diversité de son offre et ses frais très faibles
2/XTBActions, ETF, CFD, ForexGratuit sur une sélection de 2000 actions Sinon 0,10%0,50%XTB est une bonne solution si vous souhaitez investir dans un univers restreint (grosses actions et ETF cotés en euros pour éviter les frais de change)
Meilleurs compte-titres

Les comptes-titres des banques en ligne

Voici les deux banques en ligne à privilégier pour votre compte-titres.

Nom du courtierProduits disponibleFrais de courtageFrais de changeNotre avis
1/FortuneoActions, obligations, ETF (trackers), Fonds, Turbos, Warrants, Futurs, Vente à découvert et SRD–Euronext Paris : 0,20% (à partir de 2000€)
-30€ + 0,20% (min 20€)
0,30%Avec deux ordre gratuits par mois, l’offre « Courtage » est très intéressante pour commencer !
2/BforBankActions, obligations, ETF (trackers), Fonds, Turbos, Warrants, Futurs, Vente à découvert et SRD–Euronext Paris : 0,13% (à partir de 3000€)
– US, Espagne, Allemagne, Italie suisse : 18€ +0,07% + 0,23% sur le montant supérieur à 7700€
– un peu plus cher sinon
0,35%À privilégier si vous ne passez pas beaucoup d’ordre à l’étranger.
Meilleurs compte-titres de banques en ligne

La fiscalité du compte-titres

En investissant avec un compte-titres, vous pouvez réaliser des gains sous forme d’intérêts, de plus-values ou de dividendes. Ces gains sont imposés au prélèvement forfaitaire unique (PFU) :

  • 12,8% au titre de l’impôt sur le revenu du capital ;
  • 17,2 % au titre des prélèvements sociaux.

Soit un total de 30%.

Seuls les gains matérialisés sont imposés : les dividendes, les intérêts, et les plus-values de titres vendus dans l’année. Cela est vrai même si vous ne faites pas de retraits depuis votre compte-titres (contrairement au PEA ou à l’assurance-vie)

Vous pouvez aussi faire le choix d’opter pour l’imposition à l’IR. Dans ce cas, l’ensemble de vos gains financiers sont intégrés aux revenus de votre foyer, c’est alors le barème de l’impôt sur le revenu qui s’applique.

Hugo
Les conseils de Hugo

Il peut être intéressant d’opter pour l’imposition à l’IR si votre tranche marginale d’imposition est inférieure ou égale à 11%, soit un revenu imposable en dessous de 25 000 € par an pour une personne seule.

PEA ou compte-titres ordinaire ?

Le PEA est un compte-titres qui présente un avantage fiscal de taille: après 5 ans de détention, vos gains ne sont pas imposés. Ils restent toutefois soumis aux prélèvements sociaux de 17,2%. En contrepartie de cet avantage, le PEA est réservé aux actions européennes. Il est par ailleurs plafonné à 150 000 € de versements.

Astuce : avec certains ETF, vous pouvez néanmoins quand même investir dans des actions internationales depuis votre PEA.

Le compte-titres permet donc de réaliser des placements financiers beaucoup plus diversifiés que le PEA. Vous pouvez ainsi investir dans des obligations, (moins volatiles que les actions), des actions internationales (souvent plus performantes que les actions européennes) et des produits à effet de levier qui permettent de multiplier vos gains. La vente à découvert est également permise sur le compte-titres, mais pas sur le PEA.

Autre avantage du compte-titres : les frais de courtage sont généralement plus faibles. En effet, le PEA est une exception française et sur le marché des comptes-titres, la concurrence est plus rude. En choisissant bien votre broker, vous pouvez diviser les frais par deux ou trois par rapport à un PEA.

Hugo
Les conseils de Hugo

PEA et compte-titres sont finalement assez complémentaires :

  • Privilégiez le PEA pour investir dans des actions européennes ;
  • Et utilisez un compte-titres pour diversifier votre patrimoine.

Quels sont les frais sur un compte-titres ?

Un compte-titres peut entrainer plusieurs types de frais :

  • les frais de courtage : ce sont des frais que vous payez à chaque fois que vous achetez et vendez un titre financier. Ils sont souvent proportionnels au montant de la transaction. Ils dépendent du type de produit que vous achetez et de la place boursière sur laquelle la transaction est effectuée.
  • les frais de change : ce sont des frais que vous payez sur des transactions en devises étrangères. C’est par exemple le cas si vous achetez une action américaine, comme Amazon ou Apple.
  • les frais de tenu de compte et les frais d’inactivité : les frais de tenue de compte (ou droit de garde) sont des frais mensuels à payer tant que votre compte est ouvert. De moins en moins de courtiers imposent des droits de garde, en revanche beaucoup peuvent vous facturer des frais d’inactivité. Dans ce cas, vous êtes facturé si vous ne faites pas le nombre de transactions requis dans le mois.

Aujourd’hui, les meilleurs comptes-titres ont des frais de courtage faibles et ne facturent pas de frais d’inactivité. Méfiez-vous aussi de certains brokers qui disent ne pas prélever de frais de transaction du tout. Généralement ils se rattrapent sur les frais de change.

Comment bien investir dans un compte titres ?

Pour débuter : un placement diversifié avec des ETF

Trop souvent, les investisseurs particuliers se contentent d’investir dans une poignée d’actions. C’est une erreur car cela représente un risque important et la performance est rarement au rendez-vous, à moins d’avoir un coup de chance.

Nous vous recommandons plutôt d’investir dans des ETF. Les ETF sont des fonds d’investissement à frais réduits qui répliquent un indice boursier. Ils permettent d’investir instantanément dans des centaines ou des milliers d’actions et sont plus performants que les fonds classiques.

Pour aller plus loin : effet de levier et matières premières

Si vous avez déjà un patrimoine bien diversifié, que ce soit dans un compte-titres, une assurance-vie ou un PEA, vous pouvez vouloir booster la performance de votre épargne encore un peu plus.

Le compte-titres permet d’investir dans des produits à effet de levier : turbos, warrants, CFD et ETF à effet de levier. L’effet de levier revient à emprunter pour investir au-delà de sa mise de départ. Vous obtiendrez ainsi un effet multiplicateur sur vos gains… et sur vos pertes. Vous devez donc avoir conscience que c’est une prise de risque supplémentaire.

Une autre possibilité offerte par le compte-titres est celle de pouvoir investir dans des matières premières. Acheter de l’or peut être une façon de protéger son patrimoine contre des krachs boursiers et investir dans le pétrole permet de diversifier son patrimoine en misant sur la raréfaction progressive de l’or noir. Attention toutefois, ce type de placements s’adresse à des personnes ayant une bonne expérience en bourse.