Le PEA et l’assurance vie sont deux placements qui permettent d’associer performance et avantages fiscaux. Cela en fait d’excellentes enveloppes fiscales pour investir en bourse. Bien que l’assurance vie soit le placement financier préféré des Français, le PEA a aussi d’excellents arguments en sa faveur. Univers d’investissement, fiscalité, frais, lequel sera le plus adapté à vos objectifs et à votre profil d’investisseur ? PEA ou assurance vie ? Voici comment faire le bon choix !

Univers d’investissement : PEA ou assurance-vie ?

Plus la palette d’investissement d’un placement sera large et moins vous prendrez de risque. C’est le principe même de la diversification. Voyons en détail quels investissements financiers sont autorisés sur un PEA ou une assurance vie.

Le PEA : dédié aux actions européennes

Au sein de votre PEA, vous serez contraints d’investir uniquement dans des actions françaises ou européennes. C’est là un handicap nuisible à la diversification de votre portefeuille, De plus, sans la possibilité d’y associer des actifs obligataires moins risqués, les fluctuations de votre PEA seront nécessairement conséquentes. 

Néanmoins, il existe des solutions pour mieux  diversifier votre PEA : investir dans des ETF (Exchange Traded Fund) internationaux. Les ETF, appelés aussi trackers, sont des paniers d’actions qui répliquent un indice boursier. S’ils sont éligibles à votre PEA, ils vous permettront d’investir instantanément dans des centaines d’actions à la fois, partout dans le monde

Marc
Les conseils de Marc

Les ETF World sont un bon exemple. Ils vous permettent d’investir dans les plus grandes entreprises mondiales (Apple, Microsoft, Amazon, Facebook…) au sein de votre PEA. Un moyen très simple de contourner les restrictions réglementaires du PEA liées à son univers d’investissement !

Vous pouvez aussi retrouver l’ensemble des ETF éligibles au PEA ici.

L’assurance vie, pour mieux moduler sa prise de risque  

Contrairement à ce que son nom laisse croire, l’assurance vie n’a pas grand chose d’une assurance ; c’est avant tout un placement qui offre énormément de possibilité d’investissement.

Sécurité ou performance, à vous de voir

Un des plus grands avantages de votre contrat d’assurance vie est qu’il offre un univers d’investissement riche et diversifié. En effet, au sein d’une même assurance-vie, vous pourrez :

  • sécuriser une partie de votre épargne grâce au fonds euros, dont le capital est garanti ;
  • investir dans des fonds d’investissement (OPCVM) et des fonds indiciels cotés (ETF) en actions ou en obligations.
  • diversifier votre portefeuille en investissant dans l’immobilier (SCPI ou OPCI).

Avec cette gamme complète de supports d’investissement, vous pourrez facilement moduler votre prise de risque en fonction de vos objectifs, que vous cherchiez de la performance à long terme ou la sécurité à plus court terme.  

Quelle performance pour un contrat d’assurance vie ?

La performance globale de votre contrat d’assurance vie dépendra des différents supports que vous y intégrerez. Par ailleurs, ayez en têtes que le taux du fonds euros est baisse régulière depuis 20 ans.

Support d’investissement Performance moyenne
Fonds euros 0 à 2 % 
Fonds immobilier 2 à 5 % 
OPCVM et ETF obligataires 2 à 5%
OPCVM et ETF en actions 4% à 10%
Rentabilité annuelle des supports d’investissement d’une assurance vie

Comme tout investissement en bourse, sur la partie en unités de comptes, les perspectives de rentabilité se font à long terme. Par ailleurs, les supports les plus performants sont généralement ceux qui sont les plus volatils. 

Pour la diversification l’assurance vie arrive en tête !

Votre PEA ne contiendra que des actions européennes et éventuellement quelques ETF internationaux. Du côté de l’assurance vie, tout est permis (ou presque) : OPCVM, ETF, fonds garantis, immobilier, certaines assurances vie peuvent même vous permettre d’investir dans des titres vifs !

Disponibilité : avantage à l’assurance-vie

Lorsque vous investissez en bourse, vous devez avoir conscience que c’est sur le long terme que vous obtiendrez de bonnes performances (idéalement plus de 10 ans). Cependant, il arrive que vous ayez besoin d’argent avant. 

En matière de disponibilité des fonds, il existe aussi des règles, propres à chaque contrat et souvent mal assimilées. Voici ce qu’il en est réellement.

Un retrait avant 5 ans entraîne la clôture de votre PEA 

Si vous venez d’ouvrir un PEA, vous devrez obligatoirement attendre un délai de 5 ans avant de pouvoir effectuer un retrait. Et si vous ne pouvez pas patienter, votre PEA devra être clôturé et vous perdrez toute antériorité fiscale (on vous en dit plus à ce sujet dans le paragraphe suivant).

Il s’agit encore d’une restriction jouant en défaveur du PEA, d’autant plus que vos versements sont soumis à un plafond de 150 000 €. Là où l’assurance vie ne connaît aucune limite de versement.

Non, l’assurance vie n’est pas bloquée pendant 8 ans !

Qui a dit que vous deviez attendre 8 ans avant d’effectuer un retrait sur votre assurance vie ? En réalité, ce délai correspond simplement aux avantages fiscaux. Il est donc tout à fait possible en cas de besoin de faire un retrait sur votre contrat sans y mettre fin.

Si vous êtes dans cette situation et que vos investissements en unités de compte n’ont pas encore eu le temps de performer, nous vous conseillons d’effectuer ce rachat sur la partie garantie en fonds euros. Ainsi, vous éviterez tout risque de perte en capital.

Pour la disponibilité, c’est encore un point pour l’assurance vie !

Votre argent doit rester 5 ans sur votre PEA avant de pouvoir faire un retrait, sous peine de devoir le clôturer. Pour l’assurance vie, il n’en est rien : les fonds sont disponibles sans délai.

Fiscalité : PEA ou assurance vie ?

Sur un PEA comme sur une assurance vie, si vous ne faites pas de retrait, vous ne payez pas d’impôts. Mais qu’en est-il lorsque vous souhaitez récupérer une partie de votre épargne ? Voyons qui du PEA ou de l’assurance est le plus intéressant fiscalement.

Le PEA offre une exonération fiscale après 5 ans

En cas de retrait, les impôts que vous payez sur vos gains dépendent de l’ancienneté de votre PEA :

  • Avant 5 ans, vous serez fiscalisé à hauteur de 12,8 % au titre de l’impôt et 17,2 % pour les prélèvements sociaux. De surcroît, vous serez contraint de clôturer votre PEA. 
  • A partir de 5 ans, vous serez exonéré d’impôts en cas de retrait. Cependant, vous devrez tout de même vous acquitter des prélèvements sociaux à 17,2 %.

Remarquons aussi que, si vous souhaitez transformer votre capital en rente viagère, celle-ci sera exonérée d’impôts après les 5 années fatidiques. Ce n’est pas le cas dans l’assurance-vie.

L’assurance vie, presque exonérée après 8 ans.

La fiscalité de l’assurance vie est un peu plus complexe. Le taux d’imposition lors d’ un rachat partiel ou total, dépendra de l’ancienneté de votre contrat et de la période à laquelle vous avez fait les versements (avant ou après le 27 septembre 2017). 

Si vous ouvrez un contrat aujourd’hui, voici la fiscalité à laquelle vos gains seront soumis :

  • Avant 8 ans : 12,8% d’impôt.
  • Après 8 ans : vous profitez d’abattements annuels sur les intérêts (4 600 € pour les célibataires et 9 200 € pour les couples mariés ou pacsés). Ce n’est qu’après ces abattements qu’un taux de 7,5% s’applique (ou 12,8 % sur la partie supérieure à 150 000 € de versements).

Dans les deux cas, les prélèvements sociaux s’appliquent à hauteur de 17,2%.

Finalement, lorsque votre contrat a plus de 8 ans, vous serez exonérés d’impôts si la part d’intérêts que vous retirez est inférieure aux abattements de l’assurance-vie.

Pour la fiscalité, on préfèrera le PEA !

La fiscalité du PEA est simple, après 5 ans, il n’y en a plus. Pour l’assurance vie, il faudra attendre un délai de 8 ans. Et malgré cela, il peut subsister une part fiscale à votre charge après abattements.

Frais : avantage au PEA

La gestion de votre PEA et de votre assurance-vie entraîne des frais. Bien que cette facturation soit obligatoire, elle peut être amoindrie en choisissant les meilleurs courtiers. 

Un bon PEA sera un peu moins cher

Voici les frais auxquels peuvent potentiellement être soumis votre PEA : 

  • les frais de courtage, qui sont les plus usuels, ne peuvent légalement dépasser 0,5 %. Prélevés à chaque ordre de bourse, ils dépendent du montant de l’ordre que vous passez ;
  • les frais de tenue de compte sont une commission annuelle. Certains courtiers ou établissements ne facturent pas ces frais (en général entre 10 et 20 € par an) ;
  • les droits de garde sont en général prélevés tous les ans par les banques traditionnelles. Désormais, la plupart des courtiers en ligne n’en réclament plus. Ils dépendent souvent du montant et du nombre de lignes investies ;
  • les frais d’inactivité sont parfois prélevés mensuellement si vous ne réalisez aucune opération sur votre PEA (pas plus de 10 € en général).

Pour votre PEA, nous vous recommandons vivement les courtiers en bourse spécialisés, qui sont nettement moins chers que les banques traditionnelles. Nous vous invitons à consulter notre comparatif des meilleurs PEA pour plus de détails.

L’assurance vie est globalement plus chère que le PEA

Sur votre contrat d’assurance vie, vous devrez être attentifs aux frais suivants :

  • les frais de gestion sont inévitables (entre 0,6 et 1 % par an) ;
  • les frais d’arbitrage ne sont pas présents dans tous les contrats, ils vous sont facturés lorsque vous modifiez la composition de votre portefeuille ;
  • les droits d’entrée et droits de versement sont prélevés sur le montant que vous versez sur votre contrat à l’ouverture ou à chaque versement. Désormais, vous trouverez facilement une assurance vie sans droit d’entrée !
  • les frais liés aux supports d’investissement font rapidement monter la facture ! Ils sont prélevés par les sociétés de gestion de fonds sur la partie unité de compte.

Pour limiter les frais dans l’assurance vie, nous vous aidons à trouver le meilleur contrat dans notre comparatif.

Pour les frais, le PEA est plus avantageux !

La facturation de vos contrats dépendra de nombreux critères (taille du portefeuille, supports d’investissement, courtier, activité …) Si vous parvenez à choisir les meilleurs courtiers pour votre PEA et votre assurance vie, la différence ne devrait pas être significative. Mais notons tout de même que globalement, une assurance vie nécessite plus de frais qu’un PEA.

Succession : avantage à l’assurance-vie

En cas de décès, l’assurance vie reste le placement par excellence car il permet : 

  • d’optimiser la transmission de votre patrimoine grâce à la clause bénéficiaire. Personnalisable, elle permet à la fois de fractionner le capital comme bon vous semble mais aussi de désigner les bénéficiaires de votre choix (héritiers ou non) ;
  • de limiter les droits de succession grâce à des abattements fiscaux plus avantageux que ceux liés au degré de parenté.

Quant au PEA, il suit les règles successorales classiques qui sont nettement moins avantageuses que celles de l’assurance vie. En outre, il est impossible sur un PEA de désigner un bénéficiaire hors succession.

Pour anticiper votre succession, l’assurance vie est la solution idéale !

Moins de droits de succession et la possibilité de choisir les bénéficiaires de votre choix. Ce sont les avantages qu’offre l’assurance vie en cas de succession.

 

PEA ou assurance vie – le tableau comparatif

PEA Assurance vie
Plafond de versement 150 000 € Illimité
Fiscalité Exonéré après 5 ans Exonérée après 8 ans sous conditions
Rente (si souhaité) Exonérée d’impôt après 5 ans Soumise à la fiscalité des rentes viagères à titre onéreux
Disponibilité des fonds Oui après 5 ans Oui
Univers d’investissement Actions européennes (et certains ETF internationaux) – Fonds d’investissement
– ETF
– Fonds immobilier
Succession Règles successorales classiques Abattements fiscaux avantageux et clause bénéficiaire personnalisable 
Tarification Frais de courtage,
frais de tenue de compte, droits de garde, frais d’inactivité
Droits d’entrée et de versement, frais d’arbitrage, frais de gestion, frais sur les supports d’investissement
Tableau comparatif PEA / Assurance vie

Conclusion : PEA ou assurance vie ?

Entre PEA ou assurance vie, faut-il vraiment choisir ? Lorsqu’on fait le bilan, on se rend compte que ce sont deux enveloppes fiscales complémentaires :

  • Nous vous conseillons d’ouvrir un PEA pour la performance boursière à long terme,
  • et d’y associer une assurance-vie pour la sécurité du fond euros, des actifs obligataires et des SCPI. La disponibilité de l’épargne vous permettra, qui plus est, de ne pas avoir à fermer votre PEA en cas de besoin.