Définition : qu’est qu’un call ?

Une option d’achat (call option) est un produit financier donnant le droit, mais non l’obligation, d’acheter une action à une date donnée, à un prix fixé à l’avance.

Avec un call, c’est un peu comme si vous aviez une option d’achat sur un billet de train, seulement ici, il s’agit de titres financiers. Les calls ne sont d’ailleurs pas limités aux actions. Vous pouvez avoir des call options sur des indices boursiers, des matières premières ou encore des devises. Et, contrairement aux options sur vos billets de train, les calls ont beaucoup de valeur et peuvent s’échanger en bourse !

Un call permet ainsi de parier sur la hausse d’un titre financier. C’est l’inverse d’une option de vente (put option) qui, au contraire, permet de vendre un titre dans le futur, à un prix fixé à l’avance.

Les options sont des placements boursiers qui requièrent d’avoir une bonne connaissance des marchés financiers. Si vous débutez en bourse, ou que vous souhaitez vous perfectionner, consultez notre guide !

Le fonctionnement des call options

Une option d’achat peut être vue comme un contrat passé entre l’acheteur du call et son vendeur. L’acheteur acquière un droit (celui de pouvoir acheter un titre dans le futur), quant au vendeur, il a une obligation : si l’acheteur décide d’exercer l’option, alors il doit lui vendre le titre financier en question, au prix fixé dans le contrat.

Les paramètres des call options sont les suivantes :

  • Le sous-jacent : il s’agit du titre financier sur lequel l’option peut être exercée. Les options sur actions sont les plus courantes, mais le sous-jacent peut aussi être une obligation, une divise, une matière première ou tout autre titre financier.
  • Le strike (ou prix d’exercice) est le prix, déterminé à l’avance, auquel le propriétaire du call peut activer l’option.
  • La date d’exercice correspond à l’échéance de l’option. À cette date, le propriétaire du call peut décider, ou non, d’exercer son option.
  • Le prix d’achat du call, aussi appelé prime, est le montant initial versé au vendeur pour acquérir l’option.

À la date d’exercice, si le prix de marché de l’action est supérieur au prix d’exercice (strike), vous avez tout intérêt à exercer l’option. Cela vous permet de toucher la différence entre le prix de marché et le prix d’exercice. Pour évaluer votre plus-value nette, il faut en revanche, retrancher la prime versée lors de l’acquisition de l’option.

A contrario, si le prix de marché est inférieur au prix d’exercice lorsque l’option arrive à échéance, alors vous n’exercez pas l’option. Dans ce cas, vous réalisez une perte égale au montant de la prime, mais pas davantage, même si le prix de l’action s’est effondré.

Mathématiquement, on peut résumer votre profit, à terme, par le calcul suivant :

Profit = Max(0, Prix_{marché} - Strike) - Prime

Le graphique suivant permet de visualiser le profit d’un call en fonction du prix de l’action (à échéance) et des caractéristiques de l’option :

Pertes et profits d'un call option.
Pertes et profits d’une option d’achat (call) en fonction de du prix de l’action.

Notez, toutefois, qu’il n’est pas nécessaire de conserver l’option jusqu’à sa date d’exercice pour réaliser un gain (ou une perte). Vous pouvez, en effet, revendre votre call à tout moment, à un prix plus élevé (ou plus faible) que celui auquel vous l’avez acheté.

Lorsque le prix de marché du sous-jacent est supérieur au prix d’exercice (strike), on dit que l’option est dans la monnaie (in the money) : il est gagnant. Si, par contre, le prix de marché est inférieur au strike, alors on dit que le call est hors de la monnaie (out of the money). Si les deux prix sont égaux, le call est à la monnaie (at the money). Toutes choses égales par ailleurs, un call à la monnaie s’échangera bien plus cher qu’un call hors de la monnaie.

Comment investir avec des call option ?

Les call options permettent de parier sur la hausse d’un titre avec un effet de levier. La prime d’un call est, en effet, systématiquement inférieure au prix de l’action. Autrement dit, si le prix de l’action monte, vous gagnerez plus avec un call que si vous aviez acheté directement l’action, avec la même mise de départ. Mais attention, si le prix de l’action baisse, vous pouvez perdre jusqu’à la totalité de votre mise de départ.

Les calls et les puts sont des instruments financiers qui s’adressent principalement aux professionnels de la finance. Beaucoup d’options s’échangent de gré à gré, entre traders. Certaines options sont néanmoins cotées en bourse, on parle d’options listées. Vous pouvez donc acheter des call options depuis un compte-titres, par l’intermédiaire d’un broker (ou courtier en bourse).

Pour économiser en frais de transactions, retrouvez notre comparatif des brokers les moins chers !

Quelle alternative aux calls pour investir avec effet de levier ?

L’effet de levier peut vous intéresser si vous souhaitez booster votre portefeuille boursier. Il agit comme un effet multiplicateur sur vos gains… et sur vos pertes. Utiliser un effet de levier est donc une prise de risque supplémentaire. Les calls options ne sont pas les seuls instruments financiers à permettre un effet de levier. Les warrants et les CFD, entre autres, remplissent également ce rôle.

Warrants vs call options

Les warrants (ou certificats) sont des produits dérivés au fonctionnement identique à celui des options. On parle d’ailleurs de warrants call et de warrants put. Mais, à la différence des options, les warrants s’adressent principalement aux investisseurs individuels.

Les warrants sont émis par des banques d’investissement qui s’engagent à « animer le marché » : la banque vous vend le certificat et peut vous le racheter à tout moment. C’est aussi elle qui vous versera vos gains si vous exercez l’option.

Les options listées viennent généralement par lot de 100 titres, ce qui peut faire beaucoup pour un investisseur individuel. Les warrants ne présentent pas cette contrainte. Finalement, les warrants sont tout simplement plus pratiques.

CFD vs call option

Les CFD (Contract For Difference) sont aussi des produits à effet de levier. Les CFD ont l’avantage d’être très simples à utiliser. En achetant un CFD sur une action, c’est comme si vous achetiez 2, 3, 5 ou 10 actions (selon l’effet de levier du CFD) pour une mise de départ équivalente. Si le cours de l’action monte, vous touchez la différence entre le prix d’achat et le prix de revente, multiplié l’effet de levier. Si le prix baisse, vos pertes sont aussi multipliées par l’effet de levier.

L’inconvénient des CFD vient de l’appel de marge. Si le prix de l’action baisse, votre broker va vous demander d’ajouter des liquidités en cash à votre compte. Et si vous n’êtes pas en mesure de les apporter, votre position sera clôturée.

Dans des marchés très volatils, de brusques variations peuvent entraîner des appels de marge parfois insoutenables. Les call options et les warrants n’ont pas d’appel de marge, car votre perte maximale est limitée à la prime initiale. C’est un atout pour traverser des marchés volatils !

Avantages et inconvénients des call options

Avantages
  • Permet d’acheter une action avec effet de levier.
  • Absence d’appel de marge.
  • La perte maximale est connue à l’avance, c’est le montant de la prime initiale.
Inconvénients
  • Peu de calls sont listés et accessibles aux investisseurs particuliers.
  • Les primes peuvent être élevées.
  • Le risque de perte est conséquent.
  • Le temps joue en votre défaveur.

Quand acheter un call ? Les calls permettent de saisir une opportunité de hausse à court et moyen terme.

Comment investir ? Vous pouvez acheter des calls par l’intermédiaire d’un bon broker en ligne. Les warrants fonctionnent de la même manière mais sont plus répandus.

Comment le prix d’un call varie-t-il ?

Plusieurs facteurs peuvent influencer le prix d’un call. En particulier :

  • Le prix du sous-jacent qui est, bien sûr, le facteur principal. Plus le prix du sous-jacent augmente, et plus la valeur votre option s’apprécie.
  • La volatilité du sous-jacent joue également un rôle essentiel. Plus le sous-jacent est volatil et plus la valeur de l’option (et donc la prime à payer) est élevée. Cela se comprend, dans le sens où, une forte volatilité augmente la probabilité de voir l’actif sous-jacent passer au-dessus du strike.
  • La date d’exercice détermine également le prix de l’option. Plus la date se rapproche et plus la valeur de l’option baisse. Cela se comprend également, car une échéance longue augmente les chances de voir le prix du sous-jacent monter.

Exemple : call sur l’action LVMH

Plusieurs calls sur l’action LVMH sont cotés à la bourse de paris. Le 1er mars 2021, à l’heure ou cet article est rédigé, l’action du leader mondial du luxe cotait à 534 €. Les tableaux ci-dessous donnent les prix des options au même moment, pour une échéance de 5 et 12 jours.

Prix de call options en fonction de différents Strikes et de différentes maturités.
Prix de call options pour une maturité de 5 jours (à gauche) et 12 jours (à droite) et pour différents strikes. Source : Stock Options Contracts, Euronext.

On voit que les options sont d’autant plus coûteuses que le strike est bas. Les calls d’échéance 12 jours sont aussi plus chers que les calls qui expireront dans 5 jours.

Si vous achetez un call 12 jours, de strike 530 € au prix de 8,54€ et que l’action LVMH gagne 1% à échéance, alors vous empochez :

534 * (1+1\%) - 530 € - 8,54 € = 0,8 €

Pour 8,54 € investis, c’est une plus-value légèrement inférieure à 10%, soit un effet multiplicateur de 10 ! Mais si le cours de l’action baisse de 1%, et que vous conservez l’option jusqu’à la date d’exercice, vous perdez la totalité des 8,54 € investis. Sachez aussi que, plus l’échéance est courte, et plus l’effet de levier est important.

Pour finir, sachez que les stock-options sont des options offertes aux salariés ou aux dirigeants d’une entreprise pour leur permettre d’acheter des actions de leur société à un prix préférentiel. Leur fonctionnement est identique aux call options, si ce n’est qu’elle ne peuvent pas être cédées et que leur fiscalité est plus lourde.