Le marché monétaire est un marché financier où s’échangent des titres de créance de court terme. Ce marché de gré à gré répond au besoin d’investisseurs institutionnels de s’endetter ou, au contraire, de placer leurs excédents de trésorerie sur le court terme.

Bien que les particuliers n’aient pas accès au marché monétaire, ils peuvent y investir indirectement via des OPCVM monétaires ou en épargnant sur leurs livrets bancaires.

Qu’est-ce que le marché monétaire ? 

Le marché monétaire – par opposition au marché obligataire – est un marché spécialisé dans la dette de court terme ; c’est-à-dire d’une échéance inférieure à un an. Les banques, les grandes entreprises, les États et les fonds d’investissement viennent s’y financer ou placer leurs excédents de trésorerie.

Le marché monétaire est considéré comme un lieu d’échange liquide et où le risque est très limité. On dit également qu’il est “profond” car il met en mouvement des volumes importants et de très nombreux échanges.

Le marché interbancaire, au centre du marché monétaire

Le cœur du marché monétaire est constitué des banques : c’est le marché interbancaire.

Schématiquement, une banque est à l’équilibre lorsque les dépôts de ses clients compensent les crédits qu’elle a octroyés. Mais c’est rarement le cas. Ainsi, quand un établissement bancaire a un excès (ou un défaut) de liquidités, il peut le placer (ou l'emprunter) sur le marché interbancaire.

Une banque qui cherche à financer son déficit de liquidités à alors deux solutions :

  1. Elle peut emprunter à d’autres banques ayant des excédents de cash. Les banques appliquent entre elles des taux qui dépendent de la solidité financière de chacune. La moyenne de ces taux est appelé le taux interbancaire.
  2. La banque peut faire appel à la banque centrale, qui prête à un taux appelé taux de refinancement.

L’objectif de la banque centrale est de réguler le marché, en particulier en période de tensions comme cela a été le cas lors de la crise des subprimes. Lorsque les banques ne sont font plus confiance, certaines ne peuvent plus équilibrer leurs comptes. Les banques centrales jouent alors le rôle de prêteur en dernier ressort, afin d’éviter que le système ne se grippe totalement.

Un marché de gré à gré

Les marchés interbancaires et, plus généralement, le marché monétaire sont des marchés de gré à gré. Autrement dit, ce sont des marchés non centralisés et hors cotations, contrairement aux marchés des actions, dans lesquels les places boursières centralisent les transactions.

Les opérations du marché monétaire se négocient donc la plupart du temps entre les acteurs eux-même ou par l’intermédiaire de courtiers.

Les titres échangé sur le marché monétaire

Les créances échangées sur le marché monétaire peuvent prendre différentes formes financières et juridiques. Voici une liste non exhaustive des produits les plus couramment échangés.

Les prêts interbancaires

Sur le marché interbancaire, deux types de prêts sont généralement contractés :

  • les prêts interbancaires en blanc, c’est-à-dire sans collatéral.
  • les prêts interbancaires gagés, avec un collatéral identifié mais pas livré (il s’agit d’un actif détenu par la banque qui contracte la dette).

Les prêts interbancaires en blanc sont les plus fréquents, c’est à partir de ceux-là que sont calculés les indices monétaires (Libor, EONIA, EURIBOR). Ils sont néanmoins pus risqués que les prêts gagés.

Les bons du trésor

Les bons du Trésor sont facilement négociables sur le marché monétaire. Ils sont émis par les États afin d'emprunter des fonds à court terme.

Ces bons sont émis avec des échéances maximales d’un an. Ils sont vendus à escompte, c’est-à-dire au-dessous du pair et rembourser au pair à l’échéance.

Lorsque que l’État français emprunte a de plus longues échéances, on parlera d’OAT.

Les billets de trésorerie

Les billets de trésorerie sont émis par les entreprises parmi les mieux notées par les agences de notation avec l’objectif de se financer à court terme.

En général, ils procurent des rendements supérieurs aux bons du Trésor, car le risque de défaut de paiement d’une société, bien que très solide, reste plus élevé que celui d’un État.

Les certificats de dépôt

Le Certificat de dépôt est un dépôt à terme (TCN négociable et dématérialisé) et qui prend la forme d’un billet au porteur. Sa durée est comprise entre 1 jour et 1 an à échéance fixe. Le rendement est proche du marché monétaire.

Organisation du marché monétaire

Le marché interbancaire européen

Le marché interbancaire européen constitué des banques européennes et de la BCE. Ce marché traite principalement :

  • des crédits octroyés pour une durée de 24 h (au jour le jour ou overnight) et dont le taux de référence est l’EONIA (Euro OverNight Index Average).
  • des crédits sur une semaine à 12 mois et dont le taux de référence est l’EURIBOR (Euro Interbank Offered Rate).

L’EONIA est déterminé par la Fédération Bancaire Européenne (FBE) à partir d’un échantillon de 57 banques. Ce taux n’est pas sans incidence pour les épargnants français puisqu’il intervient dans la formule qui fixe le taux du livret A.

Après la crise financière de 2008, les autorités financières ont souhaité remettre à plat le régime des indices de taux, suite à des abus de marché.

L’€ster a vocation à remplacer l’EONIA. Ce nouveau taux d’intérêt interbancaire de référence est calculé chaque matin par la BCE et il est publié à 9h sur la base de données venant de 52 banques. L’€ster a été lancé le 2 octobre 2019 et devrait remplacer l’EONIA en 2022.

Le marché interbancaire Londonien

Historiquement, le Libor (London interbank offered rate) désigne le taux d’intérêt moyen auquel les banques anglaises se prêtent. Néanmoins, la place financière de Londres ayant été longtemps la plus puissante de la planète, le Libor fait aujourd’hui référence pour les taux interbancaires libellés en 5 devises :

  • le dollar américain,
  • la livre sterling,
  • le yen,
  • le franc suisse,
  • et, dans une moindre mesure, l’euro.

Le Libor est une moyenne des taux de dépôt interbancaires des banques les plus solvables, établi pour des maturités allant d’un jour à sept ans. Il est redéfini tous les jours à 11h par la British Bankers’ Association (BBA) et publié par l’agence Thomson Reuters.

Le marché des titres de créances négociables (TCN)

Le marché monétaire : les TCN, encadré par la banque de france.

Le marché des titres de créances négociables (TCN) est un marché dédié au financement de court et moyen terme. Contrairement au marché interbancaire, qui est réservé aux banques, le marché des TCN est également ouvert :

  • aux entreprises privées et publiques,
  • aux États,
  • aux sociétés de financement,
  • ou encore les organismes de titrisation.

En France, ce marché pèse 300 milliards d’euros. Il est encadré par la Banque de France, laquelle apporte de la transparence au marché en garantissant que les conditions d’accès soient respectées par chaque émetteur de dette.

En France, les TCN sont de deux catégories :

  1. Titres de créances négociables à court terme ou Negociable European Commercial Paper. Ces titres ont une maturité inférieure à 1 an.
  2. Titres de créances négociables à moyen terme ou Negociable European Medium Term Notes, anciennement appelés « bons à moyen terme négociables ».

L’accès au marché monétaire pour les épargnants

Les particuliers n’ont pas un accès direct au marché monétaire. Ils peuvent néanmoins en profiter indirectement par l’intermédiaire de certains placements monétaires.

Les livrets bancaires

Les livrets bancaires sont les placements monétaires les plus courants et de loin, les placements les plus utilisés par les Français. On distingue généralement deux types de livrets :

  1. Les livrets bancaires simples, aussi appelés super livrets ou livrets boostés (vous trouverez les meilleurs livrets bancaires ici).
  2. Les livrets réglementés (Livret A, LDDS, CEL, Livret Jeune, Livret d’épargne populaire).

Les taux des livrets bancaires sont directement reliés aux taux de financement du marché monétaire. Le taux des livrets réglementés est même obtenu à partir d’une formule faisant intervenir l’EONIA, et l’EURIBOR.

Hugo
Les conseils de Hugo

Actuellement, la banque centrale européenne a une politique monétaire très accommodante, laquelle pousse les taux interbancaires vers le bas. Cela explique pourquoi les livrets ne rapportent plus grand-chose. Retrouvez notre comparatif des meilleurs placements pour plus de performance !

Les OPCVM monétaires

Une autre façon d’investir sur le marché monétaire consiste à acheter des parts d’OPCM monétaires. Les OPCVM monétaires sont les catégories de fonds d’investissement les moins volatils.

Néanmoins, les taux sont actuellement tellement faibles qu’ils affichent rarement des performances supérieures à zéro. Mais cette tendance pourrait s’inverser si les taux venaient à remonter.

Vous pouvez investir dans des OPCVM monétaires au sein d’un compte-titres, d’une assurance-vie ou d’un PER.