La crypto Polygon : nous l’avions évoquée relativement brièvement dans notre article sur les crypto monnaies prometteuses. Nous allons ici rentrer plus dans le détail, et vous livrer notre avis sur MATIC.

Qu’est-ce que Polygon (MATIC) ?

Polygon, que l’on désigne également sous le code mnémonique (ticker) MATIC, est un protocole qui a beaucoup évolué depuis sa création. Il est d’ailleurs en perpétuel mouvement et nous allons tâcher que vous ne tombiez pas sur un article obsolète 😁 !

Voici quelque chose qui n’a pas changé depuis la création de Polygon : c’est une blockchain compatible Ethereum (ETH), qui a donc pour objectif de connecter d’autres blockchains avec Ethereum. Le protocole Polygon est également conçu pour désengorger le réseau Ethereum.

Page d'accueil de Polygon, le projet de la crypto MATIC
Sur la page d’accueil de Polygon, la promesse est mise en avant !

Ainsi, Polygon permet à la fois d’utiliser la liquidité et la sécurité offertes par Ethereum, tout en étant bien plus rapide et moins cher. En d’autres termes, Polygon apporte de la scalabilité pour les projets utilisant le réseau Ethereum.

D’une manière générale, Polygon se considère comme un protocole « Ethereum Killer« , souhaitant ainsi prendre la place du roi 🤴. Pour ce faire, cette blockchain est allée beaucoup plus loin que de la simple communication. Elle a développé tout en écosystème que nous allons présenter dans le paragraphe suivant.

Comment fonctionne la blockchain Polygon ?

Avant de comprendre le fonctionnement de Polygon, il faut revenir à l’objectif premier de désengorgement du réseau Ethereum. Pour atteindre cet objectif, il existe deux solutions :

  • Une sidechain ou blockchain latérale
  • Une layer 2

Seul un spécialiste verra la différence entre les deux. Au départ, elles ont le même objectif de décongestion d’un réseau surchargé et de validation des transactions à la place dudit réseau. Mais, tandis que la layer 2 est une couche totalement dépendante de la blockchain mère, la sidechain possède des standards de sécurité qui lui sont propres. C’est clair, non 😅 ?  

Polygon est à l’origine une sidechain pour Ethereum, ce que l’on appelle une machine virtuelle pour Ethereum ou EVM (Ethereum Virtual Machine). Les développeurs d’applications décentralisées vont pouvoir utiliser la blockchain Polygon (MATIC) pour avoir le minimum d’interactions avec Ethereum. Comme vu précédemment, cela permettra une réduction drastique des frais de transaction et des validations plus rapides de ces mêmes transactions. Cette sidechain est appelée Polygon PoS.

Pourquoi PoS ? Tout simplement parce que le consensus de validation utilisé est le Proof-of-Stake ou preuve d’enjeu. Pour rappel, ce dernier fait appel à des validateurs, qui immobilisent des jetons afin de pouvoir valider les transactions. Plus une personne immobilise des jetons, plus elle est considérée comme « légitime » à valider des transactions.

Besoin de se familiariser ou de réviser les différentes notions du monde des cryptos ? Retrouvez l’essentiel dans notre article d’introduction ici !

L’écosystème Polygon développe également des layers 2, ces couches secondaires dépendantes de la blockchain mère, en l’occurrence Ethereum. Les layers 2 de Polygon, appelées Hermez et Nightfall, sont en phase de test et de développement au moment où ces lignes sont écrites, mi-2022. Mais nul doute qu’elles vont jouer un rôle très important dans les années à venir. 

Vue d'ensemble des solutions de Polygon (MATIC), qu'elles soient en production ou en cours de développement
Polygon a plusieurs outils déjà en production, mais aussi de nombreux projets en développement

En effet, les layers 2 se substituent à la blockchain mère pour exécuter certaines tâches de manière bien plus rapide, sans pour autant s’en détacher. Par exemple, la layer 2 peut valider un groupe de 100 transactions. Ce groupe est ensuite « validé » par la blockchain Ethereum comme une seule et unique transaction. Vous comprenez ainsi pourquoi c’est plus rapide et moins cher !

Le protocole Polygon peut aussi servir de blockchain test pour certains projets. Cependant, l’évolution de l’écosystème fait que Polygon va devenir de plus en plus un réseau d’importance première, savoir avoir besoin d’aller ensuite sur Ethereum. D’ailleurs, plusieurs projets de l’écosystème Terra, après le krach de mai 2022, ont migré vers l’écosystème Polygon.

À quoi sert le token MATIC ?

Pour celles et ceux familiarisés avec Ethereum, le MATIC a un peu le rôle de l’ETH. En effet, le jeton MATIC est la pierre angulaire de l’écosystème développé autour de Polygon. 

D’une part, c’est le moyen de paiement du réseau. Ainsi, les frais de transaction sont toujours payées en MATIC. En conséquence, les validateurs et les délégateurs (ces derniers « prêtant » leurs tokens aux validateurs dans le consensus PoS) sont rémunérés en MATIC. 

Présentation du token MATIC sur le site de Polygon
Présentation du token MATIC sur le site de Polygon

D’autre part, MATIC est le jeton de gouvernance du protocole Polygon. Si vous en détenez, vous pouvez ainsi contribuer à l’évolution du réseau, en proposant des améliorations et en votant pour les propositions soumises au vote.

Où acheter la crypto monnaie Polygon (MATIC) ?

Le MATIC est devenu une crypto monnaie assez connue dans le secteur. Elle est donc disponible sur toutes les grandes plateformes d’échange. Vous avez donc l’embarras du choix !

Par exemple, vous pouvez acheter des MATIC sur la plateforme d’échange française Coinhouse, ou encore faire du staking sur cette blockchain avec Feel Mining.

Notre avis sur la crypto monnaie Polygon (MATIC)

Comme indiqué en première partie, l’écosystème Polygon est en évolution constante et rapide. Ainsi, notre avis pourra varier en fonction des évolutions. A ce stade, voici ce que nous pouvons dire…

Une blockchain répondant à une vraie problématique, avec des premiers succès…

Tout d’abord, nous souhaitons faire remarquer qu’il s’agit d’un projet né en Inde, ce qui le diffère des autres, tous nés aux États-Unis ou en Europe de l’Ouest. C’est donc déjà un point qui démarque Polygon, surtout quant on connaît la qualité des ingénieurs indiens (qui sont nombreux à diriger des entreprises tech américaines !).

Ensuite, si vous utilisez le réseau Ethereum via, par exemple, un protocole de finance décentralisée, vous avez probablement eu à subir de très importants frais de transaction. Or, Polygon répond justement à cette problématique et vise donc à résoudre un besoin réel. Ainsi, on peut bénéficier d’une blockchain scalable et sécurisée grâce au réseau Ethereum.

De plus, l’enthousiasme n’est pas seulement du côté technique, il l’est aussi du côté des développeurs. En effet, ces derniers n’hésitent plus à utiliser le protocole Polygon pour développer leur projet compatible avec Ethereum. L’un des plus connus, si ce n’est le plus connu, est le protocole de finance décentralisée Uniswap, dont la version 3 utilise Polygon en lieu et place d’Ethereum.

Enfin, l’écosystème Polygon est bouillant, avec de nombreuses solutions développées ou en cours de développement. Par exemple le constructeur automobile Mercedes-Benz veut créer une place de marché pour commercialiser des données avec Polygon, via le projet Acentrik. Cela commence à devenir concret non ? Bref, vous avez compris que l’on était positif sur l’avenir de Polygon 😁. D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls, car Polygon a été sélectionné pour participer au programme d’accélération 2022 de Disney. Or ce programme ne choisit que 6 entreprises chaque année. Le projet va ainsi recevoir les conseils de l’équipe dirigeante d’une société qui fait tout de même plus de 60 milliards de dollars de chiffre d’affaires !

… mais dont l’avenir dépendra sans doute beaucoup d’Ethereum 2.0

Cependant, il ne faut pas ranger au placard le roi Ethereum. En effet, au moment vous tomberez sur cet article, la version Ethereum 2.0, passant au consensus PoS, sera peut-être enfin une réalité. On parle de l’été 2022 ou un peu plus tard. Or, en cas de succès de ce changement délicat, il sera très difficile de déloger Ethereum de son trône.

Le succès de Polygon reposerait alors sur le développement de l’ensemble de l’écosystème des applications décentralisées et du Web3. Une chose est sure, Ethereum ne pourra pas tout faire tout seul !